accueil-mdg1.gif (1380 octets)

 f2gr15.gif (202 octets)   fgr15.gif (168 octets) fd15.gif (168 octets)  

Le dernier convoi  de déportés de Rennes  dit "train de Langeais"
Listes de déportés des 2  derniers convois  partis de Rennes début août 1944


Je souhaite  retrouver d'autres noms de déportés de ces  derniers convois. Si vous avez des informations  ou des documents 
35memoiredeguerre@gmail.com

"Il y a une histoire à raconter pour chacun"

A - B - C - D- EF - G - H - IJ - KL- M- NO-P- QR- S - TU - VWXYZ -

 Liste des évadés ou libérés - Liste des femmes déportées

SABOURIN  Eugène Louis est né le 12 novembre 1905 à Chenay (Deux-Sèvres). Fils de Pierre Sabourin, cultivateur et d’Alexandrine Chollet, son épouse, il est garde-champêtre à Soudan (Deux-Sèvres). Il est capturé par les Allemands, dans la nuit du 14 août au 15 août 1944, alors qu’il envisageait de couper des arbres pour gêner la retraite allemande sur la route à deux kilomètres de Saint-Maixent-l’Ecole (Deux-Sèvres)  en direction de Soudan. Il est conduit dans la nuit même à la prison de la Pierre-Levée à Poitiers (Vienne), puis dirigé sur Belfort. Le 29 août 1944, il est déporté vers le kl de Neuengamme (matricule 43524), puis transféré vers Wilhelmshaven. Il travaille à la Kriesgsmarine. Il décède d’épuisement à l’infirmerie du camp. Mort en déportation. Source : DAVCC, Caen, 21 P 534 826

Daniel Heudré

SACRÉ Maurice Georges est né le 14 mars 1921 à Le Thou (Charente-Maritime). Fils de Pierre, Florentin, Alexandre Sacré et de Marguerite, Marie, Alphonsine Audonnet, son épouse, il exerce la profession de mécanicien. Il entre dans la Résistance en janvier 1943, sous les ordres du chef de groupe, Renaudon qui travaille  à la Kriegsmarinewerft (KMW), chantier naval de La Rochelle  Pallice. Il participe au sabotage d’installations ennemies et fournit des renseignements. Il rejoint la Résistance de Rochefort-sur-Mer, en février 1944, sous les ordres du commandant André Religieux, dit Georges Vernon. Trahi par le milicien, Champion, il est arrêté par la Gestapo le 19 juillet 1944 à La Rochelle, lors du rassemblement du groupe chez Renaudon. Condamné par un tribunal militaire, il est interné jusqu’au 11 août 1944. Il rejoint Belfort, puis est déporté le 29 août 1944 vers le kl de Neuengamme, (matricule 44 133). Il est ensuite transféré à Wilhelmshaven. Il décède de mauvais traitements à l’infirmerie du camp, le 15 décembre 1944. Membre F.F.I., alias Maurice.  Déporté résistant. Mort pour la France. Source : DAVCC, Caen, 21 P 534 878

Daniel Heudré

SAGOT Jacques Lucien, né le 23 décembre 1922 à Tours. Habite 11, rue Bugeaud à Tours. Aviateur, il est arrêté le 17 juillet 1944 à la Chope à Tours pour "recrutement pour le maquis" par la gestapo.  Emprisonné à Tours,  puis hospitalisé à Tours le 1er août, il sort le 7 et rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Se trouvait encore à Belfort le 20 août. Déporté probalement le 29 août 1944 vers Neuengamme. Il aurait été vu la dernière fois le 15 décembre 1944 dans un kommando près de Hambourg (Source FMD). (Ne figure dans le mémorial des déportés de France)

SAINT-JALMES Yves est né le 24 mars 1919 à Lorient (Morbihan). Fils de Joseph, Marie, Julien Saint-Jalmes et d’ Henriette Barbier, son épouse, époux de Marie -Odette Transcor, il est employé de bureau.  Membre du réseau Alibi depuis le 1er juin 1944, il appartient à un maquis de Saint-Briac et se trouve en mission, à Le Faouët,  près de l’Abbaye de Langonnet (Morbihan), lorsqu’il est arrêté par la Wehrmarcht,  le 24 juin 1944. Il est interné à Pontivy (Morbihan), puis à Rennes.  Il est conduit début août 1944 vers Belfort. Il est déporté le 29 août 1944 à Neuengamme (matricule 44030), puis est transféré à Wilhelmshaven. Il décède à Brême, le 15 avril 1945. Son ami Auguste Boléat, cultivateur et originaire des Côtes-du-Nord, a suivi le même parcours.  Il est arrêté, conduit de Rennes à Belfort et est déporté à Neuengamme avec Saint-Jalmes. Ensemble ils ont quitté le camp de Wilhelmshaven, avant l’arrivée des troupes alliées. Il décède le 15 avril 1945 à Bremen. Membre des Forces Combattantes de l’Intérieur. Déporté résistant. Mort en déportation. Mort pour la France. Sources : DAVCC, Caen, ACP 27 P6  et 21 P 537 976

Daniel Heudré

SALAUN Ernest, né le 26 novembre 1875 à Brest (29). Résistant à Libération-Nord arrêté à Brest le 14 février 1944 père du Résistant René SALAUN dit Capitaine BECAMEL; Il se trouve dans le dernier convoi parti de Rennes le 3 août 1944 à destination de l'Allemagne.  Il s'évade à Belfort. Source "Brest Rebelle 1939-1945"

SALAUN Louis est né le 24 avril 1918 à Paris 15ème. Membre des Corps Francs Vengeance du Finistère. Réfractaire au Service du travail obligatoire (STO), il est arrêté le 12 juillet 1944 à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) par la Gestapo, au cours d’une vérification. Il est interné à Saint-Brieuc du 12 juillet au 18  juillet 1944. Il est transféré le 18 juillet au camp Margueritte à Rennes (Ille-et-Vilaine). Il est alors déporté le 3 août 1944 pour l’Allemagne. Suite à un mitraillage du train de déportés par les avions alliés à Langeais (Indre-et-Loire), il réussit à s’évader le 6 août 1944.  Témoignent du séjour au camp Margueritte et de son évasion Pierre Conan, Robert Le Floch, deux déportés résistants et Louis Vieuxloup, interné résistant.

Membre FTPF. Déporté résistant.

Sources: 21 P 669 216, Papiers le concernant déposés à la BDIC de Nanterre

Daniel Heudré

Jean SARETE, déporté résistantSARETE Jean, né le 4 novembre 1908 à Périgueux (24).Sous-chef de dépôt à Saint-Pierre-des-Corps. Il est arrêté à son domicile, 13, rue Charles Grévy à Tours, le 7 juillet 1944 pour activités dans la Résistance. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart dans la nuit du 10 au 11 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août vers Neuengamme. ((matricule 43699).  Autre lieu de déportation: Wilhelmshaven. Il décède le 2 mai 1945 dans la Baie de Lübeck-Neustadt. Biographie

 

 

SARKISSIAN Siragan, né le 18 juillet 1910 à Jozrad (Arménie). Français. Ouvrier agricole, père de quatre enfants. Habite Belle-vue en St-Maure-de-Touraine. Il est arrêté le 30 juillet 1944 porteur de tracts anglais. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août vers Neuengamme. (matricule: 43366). Autres lieux de déportation: Wilhelmshaven, Lüneburg où il décède le 7 avril 1945.

SAUDERAIS Jean est né le 14 juin 1914 à Nort-sur-Erdre (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique). Fils d’Emile, Jean, Désiré Sauderais et de Clémentine, Marie, Constance Dupé, son épouse, il est charpentier. Il appartient au groupe Maquis, à compter du 29 octobre 1943. Il entre au groupe Turma Vengeance, le 11 mars 1944. Il est arrêté le 28 juin 1944, à 6 heures du matin,  à Nort-sur-Erdre par la Gestapo et la Milice, alors qu’il est agent de liaison et de renseignement au maquis de Saffré. Il est interné à la prison Lafayette de Nantes, fait partie du convoi de Rennes, le 2 ou 3 août 1944, est dirigé vers  le Fort Hatry de Belfort. Il est transféré à Natzweiler le 26 août 1944, puis déporté à Dachau (matricule 102 193), à Neuengamme (matricule 62 888) et à Sandbostel(24 034). Il est libéré le 29 avril 1945.  Déporté résistant. Source : DAVCC, Caen, 21 P 670 473

Daniel Heudré

SAULNIER (Jean, Frédéric, Alexandre) dit MORIN, né le 13 septembre 1897 à Laval (53). Marchand forain, père de six enfants. Il est arrêté le 23 juillet 1944 à Veigné (Maquis Césario). Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août vers Neuengamme. (matricule: 43527). Il décède le 3 septembre 1944 à Neuengamme  (Source JO: 115-19 mai 1898)

 (Photo GenWeb)

 

SAULNIER Jeanne (voir Boissinot)

SAULNIER Raymond Roger est né le 27 novembre 1924 à Montigny (Cher). Fils de Louis Saulnier, employé de chemin de fer et de Solange Coffin, son épouse, garde-barrière, il est engagé volontaire. Il appartient au mouvement de Résistance Combat, compagnie Surcouf sous les ordres du commandant Georges Aubrey, citoyen américain  et du capitaine Daniel Blanchard (mort en action, le 19 juillet 1944, selon le Maitron). Il participe aux combats de libération du Cher. Il est arrêté le 2 août 1944 « Aux Alouettes », commune de la Celette (Cher) par des miliciens, alors qu’il avait la garde d’un dépôt d’armes et s’était réfugié dans une ferme. Il est envoyé  au fort Hatry de Belfort. Il  fait partie du convoi 453 en partance de Belfort, le 29 août 1944 (matricule 43758). Il est déporté à Neuengamme, le 1er septembre 1944 et décède le 28 novembre 1944. Trois de ses camarades connaissent le même sort : Edouard Desrosiaux, Maurice Bridier et Isidore Verheyden. Déporté résistant. Mort en déportation. Source : DAVCC, Caen, 21 P 535 998.

Daniel Heudré

SCHMITT Henri , arrêté dans les Côtes-du-Nord et écroué à Rennes

SCHMITT Henri  est né le 28 février 1884 à Niederstinzel (Moselle). Pendant l’Occupation, il réside dans les Côtes-du-Nord (Côtes-d’Armor) à Plouguenast. Venant de Paris, il était réfugié et vivait en concubinage avec Marie Angèle Lanoé, originaire de cette commune. Les Allemands arrivant, et lui connaissant bien leur langue,  il leur sert d’interprète jusqu’en juin 1944. Le 24 juin 1944, un camion allemand avec 4 ou 5 soldats à bord tombe en panne, au-lieu-dit Pontgamp, en Plouguenast. Des maquisards, venant du Morbihan et stationnés dans le secteur, ordonnent à Henri Schmitt de se rendre au-devant des  Allemands et de leur proposer de se constituer  prisonniers. Ceux-ci, refusant de s’exécuter, demandent du renfort et se produit alors une violente bagarre. Le 25 juin, Schmitt et une dizaine de jeunes sont arrêtés par les Allemands. Plus tard, on découvrira, dans la forêt de Lorge (Côtes-du-Nord), le corps de 9 victimes. Schmitt est interrogé à Saint-Brieuc, puis interné à Rennes (Ille-et-Vilaine), le 26 juin 1944 et au Fort Hatry de  Belfort, le 3 août 1944. Il est libéré le 28 août 1944. Il est hébergé par le Secours National, à Giromagny, jusqu’au 22 novembre 1944. De retour à Plouguenast, il se marie avec Marie Angèle Lanoé et en novembre 1945, ils rejoignent Paris, rue du Faubourg-Saint-Antoine. La population de Plouguenast  n’eut jamais une grande confiance en  Schmitt, en raison de ses contacts avec les Allemands, en tant qu’interprète.

Source: AVCC, Caen, 21 P 711 539

Daniel Heudré

SCHWING Annick, née le 27 septembre 1910 à Paris. Elle fait partie avec son mari du réseau F.2 à Saint-Brieuc. Arrêtée avec son mari le 6 mai 1944, elle est incarcéré à la prison de St Brieuc, puis à la prison de Rennes. Elle résiste aux interrogatoires de la Gestapo pour éviter de nombreuses arrestations comme le témoigne les citations pour sa croix de guerre avec palme et sa médaille militaire. Elle est déportée le 2 août 1944 de Rennes à destination de l'Allemagne. A Belfort, elle est transférée le 1er septembre vers le KL Ravenbrück (matricule 62864). Au camp elle se montra d'un grand courage, d'une grande discrétion. Elle devint l'amie de Madame Stauffenberg l'épouse du responsable de l'attentat contre Hitler en déposant une bombe à Rastenburg. Autre lieu de déportation: Siemens. Revenue des camps.  Document. Source  ACP 27 P6 Caen

SCOUARNEC Joseph, né le 22 février 1910  à Ploudalmézeau (29). Cafetier de Portsall. Évadé du train de Langeais

SCORDIA Jean-Louis, né le 16 décembre 1919 à Quéméneven (Finistère). Fils de Jean-Marie Scordia et de Marie Anne Louboutu, son épouse, il est cultivateur. Il entre dans la Résistance, le 13 mars 1944,  au sein du groupe F.T.P.F. « Cœurs sombres », du maquis de Quéménéven. Il effectue des déraillements sur la ligne SNCF Quimper-Quéméneven. Il est arrêté par la Gestapo de Châteaulin, le 20 mai 1944, puis incarcéré à la prison Saint-Charles de Quimper, puis au camp Margueritte de Rennes, du 11 juin 1944 au 2 août 1944. Déporté en direction de l’Allemagne, il fait partie du train de Rennes et s’évade à Langeais, le 6 août 1944, avec ses camarades Jean-Louis Richard, Benjamin Lasbleye et Le Quéré. De retour à l’unité, début septembre 1944, il suit un traitement médical à son domicile. Interné résistant. Source : DAVCC, Caen, 21 P 673 947.

Daniel Heudré

DAVID  épouse SCULIER Albertine, née le 17 août 1925 Hénon (22). Compagne de Mme Bonenfant, Léonie Corre, Mme de la Motte Rouge , Mme Pommier, Suzanne Delcorte à Jacques Cartier. Libérée le 26 août 1944 de Belfort. Elle s'échappe des Allemands à Giromagny le 3 octobre 1944 en compagnie de Catherine NANTEUIL de la Barre.

 

 


 

SEBILLEAU Gaston Ernest. alias Desgarennes, né le 10 mars 1894 à Saint-Brieuc. Industriel. Membre du réseau VAR et F2. Actions dans la Résistance: Renseignements militaires, sauvetage de parachutistes américains et de déserteurs alsaciens, Passage en zone libre de prisonniers évadés du camp de Coëtquidan, fausses pièces d'identité, protection de juifs recherchés par la Gestapo.  Entré à Jacques Cartier le 12 juin 1944 il se trouve dans le deuxième convoi parti le 3 août 1944 de Rennes en direction de Belfort. Blessé déjà amputé d'une jambe au cours de la première guerre mondiale, est blessé lors du mitraillage du train à Langeais. Un médecin allemand lui coupe le bras à Tours le soir même. Hospitalisé à Belfort, il s'évade grâce à des complicités et réussit à passer en Suisse le 23 octobre 44. Distinctions: Officier de la Légion d'Honneur; Médaille militaire; Croix de guerre 14/18 et 39/45; Médaille de la Résistance.(Lire). Source: ADIV 6ETP2/74.

SEIGLE née LEMINOR Marcelle, le 29 mars 1913 à Bouzillé (44). Elle est arrêtée le 26 juillet 1944 (Réseau Marco Polo). Elle habite Tours au 13, place des Halles à Tours. Emprisonnée à Tours, elle rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué repart le 10 août vers Belfort. Elle est ensuite transférée de Belfort le 1er  septembre  vers Ravensbrück. (matricule: 62895). Libérée le 23 avril 45 à Ravensbrück par la Croix-Rouge.

SEITE Jean Louis, né le 28 février 1921 à St-Pol-de-Léon (29). Arrêté dans la même affaire: François L'AZOU, Jean Marie L'AZOU, Louis L'AMINOT, Louis SEITE, Paul OUVRIER, Eugène et Louis MULLER, Vincent TOULLEC. interné dans le camp Margueritte, il est dans le convoi parti de Rennes le 3 août 1944 à destination de l'Allemagne. A Belfort, il est déporté à Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 24048). Libéré le 23 avril 1945 à Sandbostel. Autres lieux de déportation: Dachau, Neuengamme.

SELLIN Louis, né le 18 novembre 1902 à Nevez (29). Adjudant de gendarmerie de Pleudihen-sur-Rance (22). Déporté de Belfort le 29 août 1944 vers le KL Neuengamme. (matricule 43799). Il décède le 3 septembre 1944. (Photo Genweb)

 

 

 

SENIER Claude, né le 26 janvier 1926  (Le-Pouliguen). Libéré le 25 août 1944 à Belfort.

SEVENO Jean Edouard, né le 21 août 1921 à Plumelin (56). Déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis transféré vers Natzweiler le 26/08/1944. (matricule 24042). Autre lieu de déportation; Dachau. DCD le 23 décembre 1944 à Dachau.

SILLARD Charles, né le 6 novembre 1889 à Paimbeuf. (44). Organisation Arche de Noë et réseau VAR. Entrepreneur de peinture. Il accueille à son domicile le radio Raymond Langard dès le 13 décembre 1943.  Arrêté à Redon le 29 juin 1944, il est déporté de Rennes vers Belfort début août 1944 (train de Langeais) puis est transféré le 29 août 1944 de Belfort vers le KL Neuengamme. (Matricule 44154). Décédé le 7 novembre 1944 à Hambourg. Homologué sous-lieutenant. Sources: ACP 27 P6 Caen; ADIV 6ETP2/74. Document.

 

SIMON Jean, né le 28 septembre 1917 à Bain-sur-Oust (35). Il est arrêté le 4 avril 1944 au Port-Blanc près de Dinard (35). Arrêté de nouveau le 2 août 1944,suite à une dénonciation, avec Robert Arbillot, par  la Gestapo, il monte à Redon, dans le convoi parti de Rennes en direction de Belfort. Il est ensuite déporté vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule: 24047). Autres lieux de déportation: Dachau, Mauthausen. Il décède le 11 avril 1945 à Gusen.

SIMON Paul, né le 27 janvier 1881 à Rémondans (Doubs). Gardien de la paix à Loches, il est arrêté lors de la rafle de Loches du 27 juillet 1944. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort vers le KL Natzweiler le 26 août 1944. ((matricule: 24046). Autres lieux de déportation: Dachau, Allach où il est libéré le 30 avril 1945. Source: AERI-RESISTANCE CD d'Indre-et-Loire.

 

SISSOU Jean-Baptiste, né le 26 juillet 1911 à  Commana (29). Résidant à Plounéour-Menez (29). Sabotier. Il est déporté début août 1944 de Rennes vers Belfort, puis est transféré le 29 août 1944 vers KL Neuengamme. Autre lieu de déportation:  Meppen-Versen. (matricule: 44230) où il décède le 2 décembre 1944. Source: ACP 27 P6 Caen.

SOEUR Kléber, né le 21 octobre 1901 à Saint-Genou dans l’Indre. Contrôleur principal des PTT (Travaillait pour le 2 e bureau).  Il est rentré en Résistance en janvier 1943 dans le mouvement « Défense de la France » et « Action PTT ». Il était responsable départemental technique de l’organisation des liaisons télégraphiques entre Paris et Rennes ainsi que des liaisons avec les divers groupements de Résistance de la région. Il a été arrêté par la Gestapo à son bureau du Central télégraphique le 17 mai 1944 à 10h30,  puis a été déporté le 3 août 1944 de Rennes en direction de Belfort (convoi de Langeais).  Le 26 août 1944, il a été transféré à Natzweiler (Matricule 34536). Autres lieux de déportation: Dachau, Allach. Il décède le 28 décembre 1944 à Haslach-Sportplatz. Homologué au grade de capitaine. Croix de guerre avec étoile d'argent, Médaille de la Résistance, chevalier de la Légion d'Honneur. Sources: ACP 27 P6 Caen. 21P 539 812  ADIV 6ETP2/74.

SOULET Gabriel, né le 28 septembre 1922 à Cholet (49). Il rejoint le maquis de La Motte, de Keryvalain et de Bostségalo en Colpo. Arrêté à Locminé par les Allemands, torturé par la Gestapo de Locminé et ensuite envoyé à Vannes avec 52 de ses camarades pour subir d'autres  interrogatoires avec des sévices ; 47 de ses camarades ont été fusillés au fort de Penthièvre. 5 autres résistants dont Gabriel SOULET transférés à la prison de Rennes.  Le 3 août, il monte dans le convoi à destination de l'Allemagne. Arrivé à Belfort le 15 août 1944, il est déporté vers Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 24038. Il est ensuite transféré à Dachau. Autre lieu de déportation: Ebensee où il est libéré le 29 avril 1945. Chevalier de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Croix de guerre 1939 1945. Son témoignage

SOULIMAN François, né le 31 août 1921 à Guingamp (22). Il est dans le convoi parti parti de Rennes début août 1944 en direction de Belfort où il est déporté vers Natzweiler le 26 août 1944 en provenance de Belfort. ((matricule: 24044). Il est libéré le 29 avril 1945 à Dachau.

SPARFEL Roger, 21 ans, né le 5 juin 1923 à Le Releck Kerhuon (29). Arrêté à 21 ans, lors d'une rafle en mai au village Belle-Fontaine en Querrien en même temps que Lucie Cornic, 18 ans et Edouard Le Guilchet, 41 ans. Déporté de Rennes début août 44 vers Belfort puis transféré le 29 août 1944  vers le KL Neuengamme. (matricule 43973. Il décède le 2 janvier 1945 à Wilhelmshaven.

STEPHAN née RIOU Gabrielle. Arrêtée à Lesneven avec son mari Jean STEPHAN dans la nuit du 2 au 3 juin 1944. S'évada à Langeais.

STEPHAN Hippolyte. Évadé à Langeais

SUIRE Yves, né le 9 septembre 1922 à Sablonceaux (17). Transport parti le 29 août 1944 de Belfort vers le KL Neuengamme. (matricule 43527). Il décède le 28 avril 1944 dans la baie de Lübeck-Neustadt.

SOEUR Kléber, né le 21 octobre 1901 à Saint-Genou dans l’Indre. Contrôleur principal des PTT (Travaillait pour le 2 e bureau).  Il est rentré en Résistance en janvier 1943 dans le mouvement « Défense de la France » et « Action PTT ». Il était responsable départemental technique de l’organisation des liaisons télégraphiques entre Paris et Rennes ainsi que des liaisons avec les divers groupements de Résistance de la région. Il a été arrêté par la Gestapo à son bureau du Central télégraphique le 17 mai 1944 à 10h30,  puis a été déporté le 3 août 1944 de Rennes en direction de Belfort (convoi de Langeais).  Le 26 août 1944, il a été transféré à Natzweiler (matricule 34536). Autres lieux de déportation: Dachau, Allach. Il décède le 28 décembre 1944 à Haslach-Sportplatz. Sources: ACP 27 P6 Caen. 21P 539 812

SYSTERMANS Marie Philippe, né le 5 mars 1901 à Rouen (76). Intendant, directeur du Ravitaillement Général du Morbihan, il est arrêté dans le Morbihan pour avoir facilité le ravitaillement de la Résistance. Incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes, il est torturé au siège de la police allemande, rue Jules Ferry. t.Il fait partie du dernier convoi de déportés qui quitte Rennes début août 1944, à destination de l'Allemagne. Couvert de plaies purulentes, il se trouve dans le même wagon que M. Heurtier de Tours à Belfort. À Belfort, il est transféré vers Neuengamme le 29 août 1944. ((matricule: 43957). Il décède le 26 avril 1945 dans la baie de Lübeck-Neustadt.

SZUMLANSKI René, né le 26 août 1902 (de Vierzon). Libéré le 28 août 1944 à Belfort.
SZUMLANSKI Stalislas, né le 27 septembre 1918 à Vouzeron (Cher)

f2gr15.gif (202 octets)  fgr15.gif (168 octets) fd15.gif (168 octets)  

Plan du site | Liste des déportés | Liste d'évadés | Liste des femmes déportées

  accueil-mdg1.gif (1380 octets)