accueil-mdg1.gif (1380 octets)

Les hommes du maquis

Sommaire

 

Pour enrichir la mémoire du passé, nous recherchons des témoignages ou des documents  sur cette opération  

Liste de 46 (sur 48) prisonniers libérés lors de l'attaque de la prison de Vitré le 29 avril 1944

BELLIER Marie, née SAVARY le 25 mai 1893 à Rennes. En avril 1943 elle entre dans la Résistance à Rennes. Elle diffuse des tracts et des journaux clandestins. Elle abrite à son domicile, rue Legravenent, des réfractaires et leur délivre des faux papiers. Le 13 décembre 1943, elle est arrêtée par la S.P.A.C. et est incarcérée à la prison Jacques Cartier de Rennes, puis est transférée à la prison de Vitré. ADIV 6ETP2 - 31

 

 

BOUFFORT Marie Michel, né le 5 octobre 1873 à Fougères. Il était pharmacien16 bd Jean Jaurès à Fougères. Il a été arrêté le 10 décembre 1942 à son domicile. Comme il était directeur de la Défense passive, il crût que c'était à ce sujet qu'on l'appelait. Il aurait diffusé un tract relatif au décès de Thérèse Pierre, professeur à l'E.P.S. de Fougères, morte à la Maison d'Arrêt de Rennes. Il est interné à la prison Jacques Cartier de Rennes le 10 décembre 1942, et à Vitré le 28 décembre 1942. ADIV 167 J; ADIV 43W 30.

 

BRIONNE Anne- Marie, née LEGRAND le 6 septembre 1906 à Lanhélin (35). Épouse de Julien. Alias Louisette. née le 6 septembre 1906. Elle est arrêtée avec son mari, le 1er décembre 1942 à Rennes, par la S.P.A.C pour propagande anti allemande. Elle est internée à Vitré le 28 décembre 1942. Libérée, elle gagne le maquis de Teillay. ADIV 6ETP2-35-36

 

 

 

BRIONNE Julien, né le 12 juin 1905 à Lecousse (35). Coupeur aux établissements Daisay, bd de Chézy

, il entre dans la Résistance en décembre 1942 (FN). Nom de guerre "Fernand" À partir de juillet 1943, il est désigné comme responsable aux planques dans la région de Rennes. Il s'occupe de camoufler les réfractaires dans les fermes, assure leur ravitaillement en tickets, leur procure cartes d'identité, faux certificats de travail, etc. Arrêté par la S.P.A.C. et torturé le 13 décembre 1943 à Rennes, il est interné à Vitré le 27 décembre 1943 et condamné à 3 ans de prison et 1200 francs d'amende, pour "association ou entente établies en vue de favoriser une action communiste". Libéré le 30 avril, il rejoint le maquis de Teillay.  Homologué Lieutenant.  ADIV 167 J 32/2 - ADIV 43 W 30 ADIV 6ETP2/35

BUREL Y.

CABITEN Jean

CHOLLET Claude. Fusillé le 23 juin 1944 à La-Maltière. Décédé à 22 ans

Né le 7 juillet 1922 à Rennes (35). Il est marié et exerce la profession de mécanicien. Arrêté une première fois en décembre 1943 et interné à la prison de Vitré, il est libéré par un groupe de FTP dirigé par le commandant Pétri. Il rejoint un maquis du Morbihan. Le 9 juin, il tente, avec un groupe de F.T.P. de voler un véhicule allemand dans le garage de la Feldgendarmerie, près des Urbanistes à Fougères. Un groupe de 5 est arrêté dont Guy BELLIS, blessé par balles à la jambe. Claude CHOLLET est arrêté ailleurs au cours d’une action contre les Allemands.

CLOEST Henri, né le 27 novembre 1920 à Saint-Denis (Seine), alias HENRI.  Il entre dans la Résistance en janvier 1943. Matricule N° 10205. Lieutenant en date du 16 mai 1944, nommé par l'Etat Major  régional FTP  Bretagne.

Il entre dans le groupe de résistance du Front National à Dol et devient responsable du F.N. dans le secteur Dol Combourg.

Il participe à la distribution de tracts allemands et délivre de fausses cartes d'identité et tickets d'alimentation aux réfractaires. En juillet 1943, il participe au déraillement de Bonnemain sur la ligne Rennes-Saint-Malo. la locomotive et 17 wagons sont détruits ou endommagés. Le trafic est arrêté pendant 48 heures. Il participe au déraillement de Combourg. la locomotive et 4 wagons sont endommagés provoquant un nouvel arrêt du trafic pendant 24 heures.

Il participe à la récupération du matériel dans le secteur de Combourg et en assure le transport aux groupes de Rennes.

En août 1943, il participe à la récupération d'explosifs et de matériel de guerre dans les camps allemands de la zone côtière de Saint-Malo Dinard Paramé.

En septembre 1943, à la suite d'un attentat manqué à Romazy (I. & V.) contre un agent de la Gestapo, il est arrêté par la brigade mobile et interné à la prison Jacques Cartier de Rennes où il est remis aux mains de la Gestapo dont il subit les tortures.

Interné à Vitré, il est libéré par les groupes FTP le 30 avril 1944 et rejoint le maquis de Broualan et par la suite Saint-Marc-le-Blanc où il participe à des opérations contre les convois allemands montant sur le front de Normandie.

Devant rejoindre son chef de secteur à Saint-Sauveur-des-Landes, il est accosté et tombe dans un piège qui lui était tendu par des agents de la Gestapo et malgré sa riposte il est assassiné le 6 juillet 1944 à Saint-Hilaire-des-Landes (I.&V.). ADIV 167 J

CREUSE Alfred, né le 28 juin 1902 à Nantes. Marié, un enfant; ajusteur S.N.C.F.; domicilié 15 rue Lobineau à Rennes. Secrétaire syndical CGT de la section "matériel". Entré dans la Résistance en 1940. Arrêté par la S.P.A.C. le 22 novembre 1943, il est interné à Rennes puis à Vitré le 28 décembre 1943. Il rejoint le maquis àprès son évasion. Sources: ADIV 167 J 35 -ADIV 43 W 30.

 

CORNEE Albert, né le 25 mai 1909 à Fougères. Marié, un enfant. Chaussonier, domicilié 39 bd de Rennes à Fougères. Entré dans la Résistance en 1941, il est arrêté par la S.P.A.C. le 5 décembre 1942 à Fougères, il est interné à Vitré le 28 décembre 1943. Libéré, il rejoint le maquis de Fougères. ADIV 43 W 30.

DALIBART André, né le12 septembre 1922 à Echauffour (61). Il entre dans la Résistance en juin 1943 (Sens-de-Bretagne, Massérac (44) Rennes, Auray. Arrêté le 26 octobre 1943, il est condamné pour "vol qualifié dans le but de favoriser la subversion sociale et nationale", à 3 ans de prison et 1200 francs d'amende, il est interné à Vitré. Libéré par les FTP le 30 avril 1944, il est repris et déporté de Compiègne-Rethondes le 18 août 1944 vers le KL Buchenwald. (Matricule 81561). revenu des camps.  ADIV 167 J 36

DAMY Frédéric, né le 7 mai 1879 à Fougères. marié. Brocanteur, domicilié 26 rue Canrobert à Fougères. Il dirige le Comité du "Front national". Arrêté à Fougères le 5 décembre 1943, il est incarcéré à Vitré le 28 décembre 1943.

DELATTRE BOURGOIN Roland, dit le rouquin de Rouen, pseudo Titine. , né le 3 août 1922 à Petit-Quevilly(Seine-Maritime). Il entre dans la Résistance en 1942. Réfractaire au S.T.O. il participe à la diffusion de tracts, journaux et brochures anti-allemande. Son frère étant arrêté et fusillé par les Allemands en 1943, il est traqué par la Gestapo, et rejoint les groupes F.T.P. de Rennes en juin 1943. Avec le groupe de Rennes, il participe au déraillement de Noyal-sur-Vilaine du Paris-Brest, ou 200 soldats allemands furent tués ou blessés et un important matériel détruit, et les lignes à haute tension ennemies en particulier à l'attaque de la ligne haute tension Pontchâteau-Rennes, à Vezin, Messac, Rennes, sabotage des boyaux de frein et rames à Betton. Il est arrêté le 16 novembre 1943 par la police mobile à Rennes. Incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes du 16 novembre au 28 décembre, ensuite à Vitré du 28 décembre 1943 au 30 avril 1944, date où il fut libéré par les groupes F.T.P. d'Ille-et-Vilaine. Il rejoint le maquis de Lignières-la-Doucelle en Mayenne. membre de l'état-major du maquis, adjoint aux opérations, il participe à l'attaque des convois dans le nord de la Mayenne n ainsi qu'à la défense du maquis investi. Il est tué le  13 juin 1944 lors de l'attaque du camp de la Gérarderie à Lignères-la-Doucelle.

FALIGAULT Joseph, né le 20 août 1909 à Saint-Georges-de-Réintembault (35). Marié, un enfant. Carrier; domicilié rue Saint-Hilaire à Louvigné-du-Désert.  Il entre dans la résistance en mars 1942 dans les FTP à Louvigné-du-Désert. Co-auteur d'un cambriolage de mairie.  Il est arrêté le 3 novembre 1943. Il est transféré à Laval le 24 décembre 1943. Délivré, il continue le combat dans le Calvados. .ADIV 167 J 38 - 43 W 30.

FERNAND ou FERRAND Louis, artiste peintre à Lanhélin, né à Tours le 13 avril 1880. Décédé des suites d'internement.

GEFFROY Jules, né le 17 avril 1903 à Rennes. Marié, 2 enfants. Domicilié 45 rue de la Forêt. Pâtissier à Fougères. Il entre dans la Résistance en septembre 1940 dans le groupe de Fougères. Il est désigné pour l'organisation des premiers groupes clandestins. Il héberge et trouve asile pour les responsables régionaux et départementaux de la Résistance (F.N. et F.T.P.). Il établit des fausses cartes d'identité et aide les réfractaires du secteur. Arrêté par la S.P.A.C. à Fougères le 2 décembre 1943, il est incarcéré à Rennes jusqu'au 28 décembre 1943 et ensuite à Vitré où il est libéré le 30 avril 1944 par les groupes F.T.P. Repris par les gendarmes à Louvigné-du-Désert, il est de nouveau incarcéré à Vitré. Il s'évade une seconde fois le 23 juin 1944 et vit dans l'illégalité dans la région de Fougères. ADIV 167 J 40- ADIV 43 W 30.

 GENOUEL Germaine , née HERVÉ Germaine le 6 avril 1909 à Fougères.  Marié avec Édouard GENOUEL. Ouvrière en chaussures, domiciliée 42 rue de Bonabry à Fougères. Elle participe avec son mari à l'organisation des premiers groupes de résistance dans la région de Fougères, distribuant des tracts et des journaux clandestins et héberge les premiers militants de la résistance, recherchés par la Gestapo et par la police de Vichy. pendant les années 1941-42-43, son domicile sert de planque pour le matériel de propagande et de lieu de réunion des responsables départementaux et régionaux, dont le colonel PASCAL et le Cdt BERGEON, Cdt PETRI, Robert BALLANGER etc... Elle participe à plusieurs transport de matériel de guerre, explosifs, bombes, armes individuelles pour les groupes F.T.P. du secteur.  Elle participe également à l'élaboration des plans d'attaque contre les locaux allemands de la Felgendarmerie, du R.N.P., L.V.F. et du travail obligatoire. Elle est nommée responsable à l'organisation des femmes pour le secteur de Fougères. Elle assure plusieurs liaisons et transmissions de renseignements à l'État-major à Rennes. Elle est arrêtée le 5 décembre 1943 à Fougères, incarcérée à la prison Jacques Cartier de Rennes où elle est torturée. Elle est transférée le 28 décembre 1943 à la prison de Vitré. Libérée par les groupes F.T.P. le  30 avril 1944, elle est arrêtée le même jour, de nouveau à Louvigné-de-Bais. Incarcérée à Rennes elle est libérée le 4 août 1944 par l'avance des Alliés. ADIV 43 W 30.

GONOUALA (Mme) de Fougères

GUILLARD Jules, né le 18 janvier 1893 à Combourg (35). Marié. Mécanicien; domicilié rue de Chateaubriand à Combourg. Arrêté le 26 novembre 1943 à Combourg. Emprisonné à Jacques Cartier puis à Vitré le 28 décembre 1943. Libéré lors de l'attaque de la prison de Vitré, il est repris par les gendarmes, conduit en prison à Angers. Déporté de Compiègne  le 2 juillet 1944 vers le KL Dachau. (matricule: 76916). Il meurt à Allach, un commando de Dachau le 22 février 1945. ADIV 43 W 30.

 

 

HASCOUET René, né le 21 mai 1919 à Brest. Entré dans la Résistance en 1943 dans le Finistère.. Il rejoint la Résistance dans le Loir-et-Cher après sa libération. (ADIV35 147 J 43)

HELLEGOUARCH L., né le 11 septembre 1920  à Villeneuve-Gilles-Languidic (Morbihan). Il entre dans la Résistance en août 1943 dans un groupe F.T.P.F. sous les ordres du commandant Carret de Bubry (Morbihan). Il participe à 4 déraillements sur la ligne Redon-Lorient et au sabotage de la ligne haute-tension alimentant la base sous-marine de Lorient partant de Pontivy. Il récupère des tickets d'alimentation pour les groupes de réfractaires. Il est arrêté le 26 octobre 1943 à Pluméliau, , il est condamné pour "vol qualifié dans le but de favoriser la subversion sociale et nationale", à 1 an de prison et 1200 francs d'amende. Emprisonné à Pontivy, il est transféré à la prison de Vitré le 3 mars 1943.

Libéré par par le groupe F.T.P. le 30 avril 1944, il entre dans la vie illégale et gagne le maquis de Lignères-le-Doucelle en Mayenne le 8 juin. Il prend part à l'attaque de convois. Il participe aux parachutages et à l'attaque d'un camion allemand à Orgères en Mayenne. (ADIV35 147 J 43)

HERVÉ Ernest, né le 8 juillet 1922 à Châteaubourg (35). Il entre dans un groupe F.T.P.F. et participe à l'attaque de pylônes sur la ligne haute-tension Pont-château- Rennes à Beslé en février 1944. En mars, il participe au déraillement de Cesson-Sévigné et à l'attaque à la bombe contre le R.N.P. et le domicile d'un collaborateur. à Rennes. Il est arrêté le 4 mai 1944 et incarcéré à la prison de Vitré. Libéré le 17 juin , il rejoint le maquis de Plouasne (22) et participe au parachutage de la forêt de Boquen (22). (ADIV35 167 J 43)

JENOUVRIER Jean, né le 11 juillet 1913 à La-Boussac (35). Il entre dans la Résistance en septembre 1940, groupe de La_Boussac, maquis de Broualan. Son activité s'est déroulée dans le secteur de Dol et Combourg, assumant le transport de matériel, de sabotage, distribution de tracts clandestins. Son domicile servait de planque aux groupes mobiles et aux responsables régionaux de la Résistance. Il est arrêté le 5 septembre 1943 et incarcéré à Vitré. (ADIV 35 167 J 44)

JOCHAULT Joseph. Il entrepose à son domicile de l'armement, des explosifs. Il héberge des responsables régionaux de la Résistance. Arrêté, il est libéré lors de l'attaque de la, prison de Vitré. Il participe ensuite aux parachutages de Louvigné-du-Désert, Pléchatel et Fougerolles-du-Plessis en Mayenne. Il assure le sauvetage d'un équipage de bombardiers américains et le fait rejoindre les lignes.

LE BAIL Fernand, né le 14 juin 1918 à Gommenec’h (22). Repris le 30 avril par les gendarmes, il a été déporté de Compiègne le 4 juin 1944 vers Neuengamme (matricule: 33533). Autre lieu de déportation: Stuthof. Disparu.

LALANNE Georges, né le 26 novembre 1911 à St-Brieuc (22). Marié; ajusteur S.N.C.F.;domicilié 7 bd Jacques Cartier à Rennes. Il habite Bruz. Résistant dès juillet 1940. Arrêté par la S.P.A.C. le 23 novembre 1943, il est interné à Rennes, Laval (24 décembre 1943) puis Vitré.  Sources: ADIV 167 J45 - 43 W 30.

LE DALL René, né le 28 juin 1910 à Landerneau (Finistère). Marié, trois enfants; ajusteur S.N.C.F. Arrêté le 19 novembre 1943 à son domicile à Rennes, rue Malagutti. Employé à la S.N.C.F. il est sollicité pour rentrer dans la Résistance O.S.. Il diffuse des tracts et des journaux anti-allemands aux Ateliers de Rennes. pendant les années 1941, 42,43, il participe à l'organisation de groupes de renseignements et sabotage aux Ateliers de Rennes. Le 19 novembre 1943, à la suite d'une dénonciation du groupe auquel il appartenait, il est est arrêté par la S.P.A.C. pour appartenance aux F.T.P. des Ateliers de la S.N.C.F. et à la Résistance Front National. Il est interné à la maison d'Arrêt Jacques Cartier, puis est transféré à Laval le 24 décembre 1943, puis Vitré. Après son évasion, il participe à différentes opérations dans les régions de Vendôme et Blois, avant de s'engager en Indochine en qualité de capitaine. Il devait y décédé le 1er avril 1950. ADIV 43 W 30.

 LE GRAND Jean. Un des responsable de la Résistance dans le Finistère, il est arrêté le 19 janvier 1944 à Morlaix. Envoyé à Rennes à trois reprises pour être interrogé. Il subit la torture à plusieurs reprises. Il devait être traduit devant la Cour martiale d'Angers pour y être jugé. (Témoignage de son père Pierre Le Grand, chef de district à la gare de Morlaix)

LEDOUX Félix, né le 11 novembre 1890 à Saint-Erblon. Domicilié à Marbouillon à Fougères. Agent des lignes des P.T.T. Marié, 2 enfants. Il entre dans la Résistance en novembre 1941, dans le mouvement Front National où il forme un groupe PTT. Arrêté par la S.P.A.C. le 10 décembre 1943 en rentrant d'une mission de sabotage sur les lignes allemandes, il est emprisonné à la prison Jacques Cartier de Rennes puis est transféré le 28 décembre 1943 à Vitré. Après sa libération, il entre dans le maquis à Fougères. ADIV 167 J 46 - ADIV 4 W 50 - 6ETP2/57 Document sur son évasion

 

LENDORMY Armandine, née BAUDY le 18 décembre 1914 à Balazé (35) épouse de Joseph. Chaussonière, domiciliée cité Graziana à Fougères. Elle est arrêtée le 9 décembre 1943 et incarcérée à la prison de Vitré. Reprise après sa libération par les gendarmes, elle est incarcérée à la prison Jacques Cartier de Rennes. Elle est libérée le 4 août 1944 à la libération de Rennes.

Joseph Lendormy, résistant dans le secteur de FougèresLENDORMY Joseph, né le 21 juillet 1913 à Laignelet (Ille-et-Vilaine). Verrier; domicilié Cité Graziana à Fougères. Il entre dans la Résistance dès 1941. Organisateur des groupes de résistance de la cristallerie de Fougères, a par son rôle de secrétaire du syndicat chrétien, permit l'organisation de nombreux groupes et le sabotages du matériel ennemi dans le secteur de Fougères. Il fabrique de fausses cartes d'identité. Il aide les réfractaires en leur fournissant des tickets d'alimentation. Son domicile, à Fougères sert de refuge aux responsables des F.T.P.. Dénoncé, il est arrêté le 5 décembre 1943 à Fougères et interné à la prison Jacques Cartier de Rennes, où il subit les tortures les plus atroces de la part des policiers français. Il ne donnera aucun nom. "Son corps ne constituait qu'une énorme plaie entretenue par les coups de nerfs de bœuf" témoigne l'un des ses camarades d'infortune. Le 28 décembre 1943, il est transféré à la prison de Vitré où il attend, avec 47 patriotes, le jugement de la cour martiale d'Angers: l'exécution ou la déportation sont leur destinée...3 jours avant le jugement, le 30 avril 1944, grâce à 20 résistants dirigés par le chef des F.T.P., le commandant Pétri, dit Loulou, les prisonniers sont libérés. Il attend pendant dix sept jours dans une ferme, caché derrière des fagot, sur la route de Janzé, de nouveaux papiers qui lui p 167 J 45/1) permettront de rejoindre un maquis dans le Tarn où il participe aux opérations de la libération. Chevalier de la Légion d'honneur. (Sources; OF du 30/04/2005 - ADIV 43 W 30.)

LOTTIN
Louis
, né le 12 avril 1901 à Fougères. Chaussonnier, domicilié 15 rue de la République à Fougères. Entré dans la Résistance en octobre 1940 dans l'un des premiers groupes de Fougères, O.S. - G.S., il participe à la propagande anti-allemande par la diffusion de tracts et de journaux clandestins. Il participe au sabotage de matériel avec le groupe F.T.P. de Fougères, en particulier l'incendie de camions rue Bonabry à Fougères et wagons de fourrage en gare de Fougères. Arrêté par la S.P.A.C. à Fougères le 10 décembre 1943, il subit les sévices de la Gestapo. Interné à Jacques Cartier puis à Vitré où il est libéré le 30 avril 1944.  (Il est  l'oncle de Louis Marijuan, résistant déporté en Allemagne en juillet 1944.). ADIV 167 J 48 - ADIV 43W 30.

LUCIENNE Mathurin, né le 20 juin 1908 à Saint-Servan (35). Marié; un enfant; instituteur public à Lanrigan 1.; domicilié à Lanrigan (35) Secrétaire de mairie à Lanrigan. Arrêté le 26 novembre 1943 par la S.P.A.C., pour avoir fabriqué des faux papiers d'identité, et d'avoir caché un fusil mitrailleur, des munitions et des plaquettes incendiaires, il est emprisonné à la prison Jacques Cartier de Rennes, puis à Laval le 24 décembre 1943 et ensuite à Vitré. Il rejoint le maquis après sa libération. Lieutenant FTPF.  Sources: ADIV 167 J 48 - ADIV 43 W 30. 6ETP2/62.

MARINI Jean, Tué dans le Finistère

MARTIN René, né le 21 juin 1923 à Rennes. Réfractaire au S.T.O., il rejoint la Résistance en 1942. Il participe avec un maquis de Combourg, à des actes de sabotage du côté de Plédéliac et à la préparation des terrains de parachutage. Arrêté à Rennes le 5 décembre 1942 par la S.P.A.C., il est interné à la Prévalaye à Rennes et ensuite à la prison de Vitré le 7 décembre 1943. Libéré par le groupe F.T.P.F. d'Ille-et-Vilaine le 30 avril 1944, il rejoint le maquis  de Broualan puis celui de Lignière-la-Doucelle et Chevaigné dans le département de la Mayenne. Dans ce maquis, il participe à des combats contre l'occupant puissamment armé, particulièrement à proximité de la ferme de la Gérarderie où tant de patriotes laissèrent leurs vies. Le 21 août 1944, il rejoint son foyer à Rennes et travaillera à la S.N.C.F. Il décède en 2009. Biographie

MERIOT André, dit Dédé le Parisien. LLieutenant André MERIOTieutenant. Etat-major F.T.P. d'Ille-et-Vilaine. Arrêté à Rennes par la police de Vichy (Morellon) le 27 septembre 1943 .  Condamné à 5 ans de travaux forcés, pour "association ou ententes établies dans le but de favoriser l'activité communiste anarchiste terroriste ou subversive". Après sa libération de la prison de Vitré par les F.T.P. de L. Pétri, il s'engage dans la 2° D.B. du général Leclerc. campagne de Paris, Strasbourg et d'Allemagne. ADIV 167 J 50-2 - ADIV 43 W 30.

 

PATRY Georges, né le 9 août 1912 à Flers (Orne). Marié, deux enfants. Domicilié à Louvigné-du-Désert. Il entre dans le groupe de Résistance du Front National  et des F.T.P. de Louvigné. Ayant lui-même un chantier d'extraction de granit, il fournit des explosifs, du cordon Bicford et des détonateurs. Il participe à la récupération de 300 kg de cheddite au Mont-Louvier en Louvigné-du-Désert en décembre 1942. Co-auteur d'un cambriolage de mairie et de l'incendie volontaire de la propriété du commandant ROHAN. Il est arrêté par la S.P.A.C. le 2 décembre 1943 à Louvigné-du Désert, à son domicile, torturé, incarcéré à la prison Jacques Cartier à Rennes du 2 décembre au 26 décembre 1943. Il est transféré à Laval puis Vitré le 28 décembre 1943. Libéré par les groupes F.T.P. d'I-et-V., il participe au combat contre les G.M.R. à La-Bouexière, rejoint Saint-Sauveur-des-Landes et rejoint le maquis à Champ-du-Bout dans le Calvados où il participe aux attaques de convois. ADIV 167 J 51 -ADIV 43 W 30.

René PeléPELÉ René, né le 26 mars 1924 à Fougères. Il entre dans le groupe de résistance du Front national de Fougères et participe à la diffusion de tracts et journaux clandestins dans les usines de chaussures. Son domicile sert de boîte à lettres pour les groupes et de lieu de rendez-vous de plusieurs groupes de la Résistance du secteur de Fougères. Il distribue de fausses cartes d'identité, certificats de travail aux patriotes recherchés par la Gestapo. Recherché il vit en illégalité mais il est arrêté à Monbelleux près de Fougères par la Gendarmerie. Interné à la prison de Vitré. Libéré par les groupes F.T.P. le 30 avril 1944, il rejoint les groupes du secteur de Goven puis Langon et rejoint fin mai le maquis de Lignères-la-Doucelle en Mayenne.. Nommé chef de section le 28 mai, il participe à l'organisation du maquis, à l'attaque de convois dont un camion le 13 juin où 5 Allemands furent tués et plusieurs faits prisonniers. Il est grièvement blessé à la cuisse. Ramené dans une ferme d'Orgères (53) pour y être soigné, il réussit à s'évader lors de l'encerclement de celle-ci par les Allemands. Il réussit à s'évader pour rejoindre le camp de Lignères. Encerclé de nouveau, il est fusillé sur place.

PINEL Léon. Responsable départemental du Front National dès le 12 mai 1943 dans la Manche. Arrêté le 5 mars 1944 à Sens-de-Bretagne. (Document)

 

 

 

PONSON Eugène, né le 15 juin 1893 à Morannes (M-&-L). Marié, 2 enfants. Domicilié 48 rue Duguesclin à Fougères. Chef de dépôt à la SNCF, membre du Front National depuis avril 1943. Il participe à la rédaction des journaux clandestins, diffusion de tracts. Il donne des renseignements aux responsables de fougères du Front National Edouard Genouel, sur les transports ennemis se dirigeant sur Vitré, permettant ainsi de connaître le nombre d'unités et le matériel transportés. Il fournit aux groupes F.T.P. de Fougères (capitaine Fontaine) des munitions récupérés dans la forêt de la Guerche. En mai 1943, il est nommé responsable des groupes cheminots, ayant  pour tactique de retarder les convois ennemis se dirigeant sur Vitré - Pontorson - Vire.  Arrêté par la police spéciale dans la nuit du 9 au 10 décembre, il est incarcéré à la prison de jacques Cartier à rennes puis est transféré à la prison de Vitré. Libéré à Vitré, il est repris à Liffré. Libéré par les F.T.P., il rejoint le maquis en Mayenne. ADIV 167 J 52 - ADIV 43W 30 - ADIV 6ETP2/69 ADIV 6ETP2/71.

PROVAUX Guy, né le 28 septembre 1916 à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine). Agent d'assurances demeurant 8 rue de Saint-Malo à Dol.

 

 

 

 

 

 

 

QUÉMERAIS Jean, né le 26 janvier 1891 à Baguer-Morvan (35).  Marié, un enfant. Militaire de carrière 14-18 sous le grade de capitaine, encaisseur dans le civil. Domicilié route de la gare à Combourg. Dès le début 1942, il entre dans le groupe de Résistance du Front national et héberge à son domicile plusieurs responsables régionaux dont Alfred Leroux. Il participe à la diffusion de tracts et journaux clandestins dans le secteur de Combourg et apporte son aide aux réfractaires et maquisards par la fourniture de fonds, de pièces d'identité et titres d'alimentation. Il livre les explosifs de matériel aux groupes F.T.P. au cours de l'année 1943. Il est arrêté le 26 novembre 1943 à Combourg par la S.P.A.C. Torturé, puis incarcéré à la prison de Rennes puis transféré à la prison de  Vitré le 28 décembre 1943, il est libéré par les F.T.P.F. dans la nuit du 29 au 30 avril 1944. Repris par les gendarmes à La-Bouxière, il est conduit à la prison d'Angers. Déporté dans le "train de la mort" parti de Compiègne le 2 juillet 1944 et arrivé le 5 juillet 1944 au KL Dachau le 2 juillet 44 .(matricule 77321). Il meurt à Mauthausen et est jeté au four crématoire le 1er avril 1945. ADIV W 43.

RACAUD René est né le 28 mars 1907 à Montfort-sur-Meu (35). Marié, trois enfants.

En juillet 1940, il est instituteur à Montauban-de-Bretagne. Dès cette année-là, il est arrêté par les Allemands comme suspect. Au bout de quelques jours, il est relâché mais doit se présenter tous les matins à la Kommandantur du pays. Mais, cela ne suffit pas : il est expulsé de Montauban.

En 1942, il est nommé instituteur à Combourg. Là, il camoufle des réfractaires au STO et il entre dans le groupe de résistance du Front National de Libération de la France de Combourg en juillet 1942. Jusqu’à présent, il agissait seul, sans organisation. Là, il travaille en équipe organisée.

Il assure les réunions des responsables du groupe et effectue différentes liaisons.  

Le 26 novembre 1943, il est arrêté par la SPAC, frappé, maltraité puis incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes. Puis il est transféré à la prison de Vitré.

Le 30 avril 1944, Louis Pétri et une équipe de Résistants attaquent la prison de Vitré et libèrent les patriotes qui y sont enfermés.  

A partir de là, il vit dans l’illégalité et forme un groupe de résistance à Iffendic. Il récupère deux révolvers et un fusil de guerre qu’il remet à son groupe.  

Mais, très vite, il est repéré et doit quitter Iffendic. Il gagne Tréffendel et rejoint le maquis de Monterfil. Il participe aux combats de la Libération dans ce secteur.  

                                               Renée Thouanel-Drouillas 

Sources : ADIV ; Fonds Pétri. Dossier N° 167 J 53. ADIV, Fonds Pétri 167J53. ADIV 43 W 30. - 6ETP2/48 ADIV 6ETP2/71 (Témoignage Eugène COUVERT).        

 SAVEY Fernand, alias Victor Saverie. , né le 17 août 1920 à Caen. Couvreur.  Il entre dans la Résistance en septembre 1943. Arrêté le 15 janvier 1944, il est Interné à Vitré. Une fois libéré, il reprend la Résistance. ADIV 167 J 55

 

 

 

 

 

 

 

SÉNÉCHAL Pierre, né le 11 décembre 1918 à Brest. (Fiche à traiter) Archives fonds Pétri

 

 

 

 

 

TROUVÉ Joseph, né le 3 octobre 1924. Il est arrêté trois par la Gestapo. Il entre dans la Résistance en juin 1943.  ADIV 167 J 56

            

Résistants ayant participé à l'attaque de la prison de Vitré

PETRI Louis

dit Hubert, dit Roland, dit Loulou, dit Tanguy. Matricule F.T.P. 10 001

 

 

 

 

BLANCHARD

 

 

BOURSIER Francis, né le 28 février 1912 à Louvigné-du-Désert. Capitaine F.F.I. Il est tué d'une balle dans la tête en participant aux combats de la Libération, le 6 août 1944 à Pipriac

 

 

BRAGEUL Pierre. Pseudo Pierre et René Davoust. Venant du maquis de Plédéliac, La-Hunaudaye, F.T.P. membre de l'État-major régional du commandant Pétri, il participe à de nombreuses opérations contre l'occupant. (Les déraillements du tunnel de Saint-Senoux, Pléchâtel, Langon, Avessac, L'Hermitage, ainsi que la destruction de nombreux pylônes des lignes haute tension de Pontchâteau à Rennes. La libération des résistants emprisonnés à Dinan et Vitré les 10 et 30 avril1944, l'attaque de l'usine Bosker à Saint-Malo, et sa participation aux maquis de la Mayenne et de l'Ille-et-Vilaine, aux parachutages de la Baroche-Gondouin, Saint-Mars-du-Désert., ainsi qu'aux attaques de convois montant sur le front de Normandie, à Pré-en-Pail, forêt de Bagnoles-de-L'Orne, Lignières, Fresnaye-sur-Sarthe, etc.
Il assure différentes missions en tant qu'officier de liaison aurpès de parchutistes alliés, Eric, Denis Buckmaster, Mission Koenig, dans le nord de la Mayenne, Fougerolles-du-Plessis, Le-Ferré, etc.
Avec les unités alliées, il effectue des missions de reconnaissance qui devaient le conduire au Mans, aux portes de Paris, ensuite Strasbourg avec le commandant Vallin.
Blessé à Racheviller, en 1945, il est cité à l'ordre de l'Armée et reçoit la médaille militaire au titre des Combattants Volontaires de la Résistance.

BUARD Roger

CHARTIER Raymond

CHABOT Armand, né le 27 avril 1889 à Dingé (35). Il entre dans le groupe de Résistance  du Front national de Combourg. Il héberge à son domicile plusieurs responsables de la Résistance, ainsi que des F.T.P. Alfred LEROUX, Commandant PETRI, André BERGEON, Yves LE MEUR etc. Son domicile est le lieu de rendez-vous des chefs de groupe et sa maison sert d'entrpôts au matériel pour les sabotages (explosifs et armes du groupe F.T.P. de Combourg, pour les abotages de la voie ferrée Rennes-St-Malo. Il héberge et abrite à son domicile des réfractaires du S.T.O. et patriotes recherchés.
 En tant que Maire de Dingé, il délivre faux papiers d'identité et titres d'alimentation aux réfractaires et maquisards.
 Il est arrêté par la S.P.A.C. à son domicile de Dingé, il est battu et incarcéré à la prison Jacques Cartier à Rennes. jusqu'au 28 décembre 1943, date où il est transféré à la prison de Vitré (du 28 décembre 1943 au 5 février 1944).
Il est libéré le 5 février 1944 et rentre dans ses foyers. Il continue à être en liaison avec la Résistance jusqu'au 4 août 1944. ADIV 6ETP2/35

FAVENNEC Émile

FAYON René. Fusillé le 31/5/1944 à La-Maltière

Né le 5 mai 1905 à Feins en Ille-et-Vilaine, gardien de pont à La-Fontaine-des-Eaux à Dinan, demeurant 18 rue du Petit-Fort à Dinan, marié quatre enfants.

Vétéran et second du groupe Hesry, ayant participé, le 1er avril, à l'attaque de la prison de Dinan, il est arrêté le 9 mai 1944 à 1h 30 du matin au cours de son service de garde. Transféré à Rennes, il est condamné à mort le 30 mai 1944.

Citation à titre posthume: " Le vétéran du groupe, homme sur qui malgré son âge et sa situation de famille n'a pas hésité à sacrifier sa vie pour le salut de la patrie. A participé à la libération de deux patriotes à la prison de Dinan, faisait la liaison avec Dinard. Est mort en héros sous les balles nazies le 31 mai 1944". Sépulture à Dinan. Lire ADIV 167 J 38

 

GOUGEON Robert Biographie

Tué le 13 juin 1944 lors de l'attaque du camp de la Gérarderie à Lignères-la-Doucelle.

 

 

GUERILLON Jean. Tué au combat le 6 août 1944 à Sainte-Anne-sur-Vilaine

GUERLESQUIN  André. né le 19 août 1926 à à Plourivo (22). Il entre dans le groupe de Résistance de Plourivo fin 1943 et rejoint le groupe F.T.P. de Rennes début janvier 1944. Il participe à la distribution de tracts et journaux clandestins et aux opérations contre les transports ennemis de la ligne Rennes-Redon. Sabotage de la ligne à haute tension Pont-Château-Rennes, quai de la Prévalaye. Il assure plusieurs missions entre les groupes de Rennes et Dinard-Saint-Malo et participe à l'attaque de la prison de Vitré le 30 avril 1944 où 47 patriotes furent libérées. Il participe aux opérations contre la milice de La-Bouxière et à l'attaque de la centrale électrique de Saint-Brice-en-Coglès. Il est arrêté par la milice et la gestapo le 20 mai 1944 à Rennes. Incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes, puis à Angers puis Compiègne d'où il sera déporté le 2 juillet 1944 vers Dachau.(Matricule: 76913). Disparu.

LAFRANCHE Francis. Fusillé le 31/5/1944 à La-Maltière

 

 

 

 

Lamanileve JulienLAMANILEVE Julien, né le 27 décembre 1920 à Saint-Hilaire -du-Harcouët (Manche). Il fait partie de la Résistance de Juillet 1943 à la Libération. Capitaine en date di 1/1/1944, nommé par l'Etat-major Régional F.T.P.F. Il participe à la destruction de nombreux pylônes de la haute tension sur la ligne de Pont-Chateau Rennes, Goven, Guipry, Langon. Il particpe aux déraillements sur la ligne de Rennes Redon( Guichen, Pléchâtel, tunnel de St-Senoux, l'Hermitage, occasionnant à l'ennemi des destructions de matériel et un arrêt de plusieurs jours. Le 10 avril, il participe à l'attaque et à la libération de deux F.T.P. internés à la prison de Dinan.
En mai, il participe à l'attaque de la distillerie Bosker de Saint-Malo, usine travaillant pour l'ennemi, occasionnant l'arrêt total de cette entreprise.  Il participe aux attaques à la bombe des immeubles de la L.V.F. et du R.R.P. à Rennes, Saint-Malo, Dinan, Paramé.

De juin à août 1944, il fait partie de l'Etat-Major du maquis de Lignières-la-Doucelle en Mayenne. Il participe aux attaques de camions et pose des mines sur les routes menant au front de Normandie et attaque des convois causant à l'ennemi d'énormes pertes en hommes et matériel..

Nommé officier de liaison entre l'Etat-major F.T.P.F. et les missions de parachutistes alliés du W.O. du Cdt Claude de Baissac.

Il assure l'escorte des missions de parachutistes alliés dans la Mayenne , la Manche et l'Ille-et-Vilaine.

Il sert d'adjoint au capitaine anglais J.B. HAYES pour le passage des lignes ennemies de 50 agents de renseignements et guides, donnant des indications à l'Etat-Major allié sur les emplacements des troupes et de matériel ennemi, à l'arrière et sur les lignes ennemies.

LE BAIL André

 

LE BAIL Fernand

LE GAC Allain. de Dinard  Tué le 13 juin 1944 lors de l'attaque du camp de la Gérarderie à Lignères-la-Doucelle.

LEMESCAN

LEVALLOIS Roland. , né le 30 juin 1925 à Croixille (53). Vivant avec ses parents à La-Bouexière, il travailla comme ouvrier agricole dans la région.  Le 16 janvier 1944, il entra dans le groupe de résistance F.T.P.F. que dirigeait Louis Pétri. Le 24 mars 1944, au cours d'une rafle, il fut arrêté par la Gestapo et conduit rue de Paris, à la prison Paul Bert. Quelques après, il réussit à s'évader et participe le 30 avril à l'attaque de la prison de Vitré. Il participe aux combats de la Libération et il rejoignit l'Armée Leclerc dans la région de Mortain. Il quitta l'Armée libératrice pour s'engager comme volontaire en Indochine où il fut tué le 25 décembre 1945 à Saïgon. ADIV 167 J 48

GERARD Lucienne, est née le 7 août 1924 à Saint-Senoux en Ille-et-Vilaine.

Dans la Résistance, son pseudo était Josette. Matricule 10 020. Nommée lieutenant  dans les FTP en date du 1er décembre 1943. Elle participe à l’attaque de la prison de Vitré. Elle est la seule femme ayant dirigé un groupe  et ayant participé aux opérations en Ille-et-Vilaine et en Mayenne.

 

 

 

 

MAHE Robert

MARGUERITE Jean. Tué par la Gestapo à Rennes.

 

MICHINOT Joseph et Alexis (Article)

PLESSIS Raymond

RICHOMME Eugène. Tué le 13 juin 1944 lors de l'attaque du camp de la Gérarderie à Lignères-la-Doucelle.

 (Biographie)

 

 

 

 THOMAS Hippolyte. Fusillé le 31/5/1944 à La-Maltière

 


             

  accueil-ac35.gif (708 octets)  accueil-cvr.gif (721 octets)

Dernière mise à jour: 25/01/2022