accueil-mdg1.gif (1380 octets)

g-b.gif (311 octets)

Liste des déportés d'Ille-et-Vilaine pour raison raciale
Sur les 120 arrêtés dont 15 enfants. Seuls 12 ont survécu.

48 sont de nationalité française

 Liste des déportés d'Ille-et-Vilaine (Répression et persécution)      Statistiques

Pour m'écrire 35memoiredeguerre@gmail.com

Il y avait en 1940 environ 330 000 juifs en France métropolitaine, parmi lesquels 150 000 citoyens français et 150 000 étrangers. Sur les 150 000 Juifs français, 90 000 sont de vieille souche et parmi les 60 000 Juifs étrangers, souvent immigrés de l'Europe de l'Est, la moitié a été naturalisée dans les années trente. Entre le printemps 1942 et la Libération de 1944, 76 000 Juifs sont déportés vers les camps d'extermination, en 79 convois. 2 500 seulement reviendront. Un tiers sont des Juifs français, et deux tiers des Juifs étrangers. 14% avaient moins de dix-huit ans et 12% plus de soixante ans. De mars à décembre 1944, 43 000 Juifs ont été déportés en 43 convois, à destination d'Auschwitz. Les trois quarts venaient de la zone Nord et le quart restant de la zone Sud. En 1943, 17 000 Juifs sont déportés en 17 convois dont 14 pour Auschwitz et 3 pour Sobibor. La grande majorité des 75 000 Juifs déportés vers les camps de la mort l’ont été avec la participation active de la police française, le sort des Juifs étrangers, en particulier, désintéressant complètement le régime de Vichy.

En octobre 1940, on compte quelques centaines de personnes juives en Ille-et-Vilaine. Ce sont des descendants des réfugiés alsaciens venus après la guerre de 1870, des exilés d'Europe Centrale des années 1930 et aussi des personnes qui ont quitté le Nord de la France au moment de l'exode de 1940

Mesures prises par le gouvernement de Pétain

  • :loi portant révision des nationalisations obtenues depuis 1927: sur 195 000 naturalisations, 15 000 personnes (soit 7,7 %) sont déchues de leur nationalité et deviennent apatrides, dont environ 6 000 Juifs.

  •  : loi conditionnant la profession de médecin aux personnes de nationalité française, nés d’un père français ou naturalisés avant 1927.

  • : loi abrogeant le décret-loi Marchandeau du 21 avril 1939 qui punissait la propagande antisémite.

  • : Premier statut des Juifs: ils sont exclus de la fonction publique de l'État, de l'armée, de l'enseignement et de la presse.

En mai 1941, environ 119 universitaires avaient dû quitter leurs postes (76 dans la zone occupée, 43 en zone Sud), et un mois plus tard, lorsque le deuxième statut des Juifs est promulgué, 125 autres membres de l’université française se retrouvent au chômage. Des exceptions fondées sur la notion de « services exceptionnels » (article 8 de la loi du 3 octobre 1940) rendus à l’État français rendaient possibles certains reclassements8.

  •  : loi prévoyant l'internement des étrangers d'origine juive sur décision administrative des préfets.

  •  : loi abolissant le décret Crémieux accordant la nationalité française aux Juifs d'Algérie.

  •  : Décret royal portant application au Maroc du statut des Juifs. Sa mise en application doit commencer le 1er janvier 1941.

  •  : décret prononçant la dissolution de toutes les organisations juives, à l'exception des Consistoires israélites, et attribution de leurs biens et de leurs revenus à l'Union générale des israélites de France (UGIF).

  •  : décret d'application, dans la fonction publique, de la loi du 3 octobre 1940, étendue aux colonies le 9 mars 1941.

  •  : création à Paris du Commissariat général aux questions juives

  • Le gouvernement refuse l'application en zone libre du deuxième statut allemand des Juifs promulgué le .

  •  : loi instituant un deuxième statut vichyste des Juifs : allongement de la liste des interdictions professionnelles, numérus clausus de 2 % pour les professions libérales et de 3 % pour enseigner à l'Université. Un décret passé en  exclut aussi les Juifs des professions commerciales ou industrielles. Ce statut autorise les préfets à pratiquer l'internement administratif de Juifs de nationalité française12.

  •  : loi relative aux entreprises et biens ayant appartenu à des Juifs absents ou disparus, dite « Loi d'aryanisation », prise par le gouvernement de Vichy.

  •  : les députés et sénateurs juifs sont déchus de leurs mandats, par le gouvernement de Vichy.

  •  : décret prévoyant l'internement des étrangers et apatrides juifs entrés en France depuis le 1er janvier 1936.

  • : loi imposant aux Juifs de faire apposer la mention « Juif » sur leur carte d'identité.

 

"Le 11 octobre, relayant l'ordonnance allemande du 27 septembre 1940 qui impose aux Juifs de se faire recenser dans la localité de résidence, la Préfecture d'Ille-et-Vilaine ordonne à tous les Juifs rennais de se présenter dans les commissariats de quartier afin de constituer une de ces fiches dont l'efficacité devait malheureusement se vérifier quand il s'agirait de les conduire à la mort.

Cette mesure ne concerne pour l'heure que les Juifs de la zone occupée par les Allemands qui doivent aussi se faire apposer à l'encre rouge sur la carte d'identité, la mention, à présent déshonorante, JUIF ou JUIVE."1

L'Etat criminel:

Sur les murs de Rennes on voit apparaître des affiches promettant des récompenses contre la dénonciation de Juifs et de terroristes.

Sur l'affiche" Ils assassinent ! Enveloppés dans les plis de notre drapeau"  on présente les résistants comme des hommes manipulés par les "Soviets et les Juifs".

Le 5 mars 1941. Inauguration à Paris de l’exposition « Le Juif et la France

12 mai 1941: Dans la région parisienne, première rafle de juifs étrangers, dite « rafle du billet vert », organisée par la police française. Ils sont envoyés dans les camps d'internement de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande.

Le 27 mars 1942. Première déportation des Juifs de France vers Auschwitz

Le 29 mai 1942.  En zone occupée, les Juifs doivent porter l'étoile jaune"

Le 16  et 17 juillet 1942, 18 personnes sont raflées dans le département. Rafle au Vél’ d’Hiv’ (Museedelaresistanceenligne)

 

 

 Le 9 octobre  suivant une autre rafle est déclenchée contre 40 Juifs bretons dont 36 tombent effectivement aux mains de la Police et sont parqués sur le Champ de Mars avant d'être envoyés à Drancy."2

Le 4 janvier 1944, nouvelle rafle dans toute la Bretagne

Sources:
1 Deroche Frecon. Moi Rosa Rubinstein. Mémoire d'une famille juive d'Odessa à Rennes (1908-1945). . Ed. Apogée (Page 75)

2 Id . Page 80

Bibliographie, sitographie, filmographie sur les Juifs en Bretagne

Femmes et enfants juifs déportés

 

 

Vous souhaitez compléter cette liste ou proposer un document  concernant un ou plusieurs déportés de cette liste écrivez-moi   

Tri par convoi

.

Convoi

 

FALK Hans.. Juif allemand est né le 16 août 1909 à Kaiserlautern (Allemagne). Fils de David, Israël Falk et d’Emilie, Sara Oppenheim, il est juif allemand. Commerçant et résidant à Mordelles (Ille-et-Vilaine), il est arrêté à Rennes le 6 août 1941 et conduit au siège de la Gestapo, au 72 avenue Foch à Paris le 12 janvier 1942 à Paris. Il est déporté de Compiègne vers Auschwitz (convoi 01) le 27 mars 1942. Il y décède le 26 avril 1942. Sources: DAVCC, Caen, 21 P 737 931- ACP 7 P 6.

1

 

BURSZTYNSKI Jacob. Polonais, né le 27 janvier 1898 à Varsovie. Marié en France avec Rojza Angielezyk , il habite Belfort au moment des hostilités. Le couple se réfugie avec leurs deux enfants à Rennes et où ils demeurent 2 rue Kéralio et exercent la profession de marchand forain en bonneterie mercerie. Arrêté à Rennes le 16 juillet 1942. Déporté par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenu.

BURSZTYNSKI Korza. Polonaise, née le 12 janvier 1900 à Zelechow-Lublin. Epouse de Jacob. Arrêtée à Rennes le 16 juillet 1942, 2 rue Kéralio, elle est déportée par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenue.

BURSZTYNSKI Suzanne. Polonaise, née le 3 juin 1925. Fille de Jacob et Korza. Arrêtée à Rennes le 16 juillet 1942, 2 rue Kéralio, elle est déportée par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenue.

NEIMANN Robert. "Apatride d'origine russe" né le 29 septembre 1924 à Paris. Arrêté le 16 juillet 1942 à Rennes. Il était le fils de tailleurs (Suclam Neimann et Rachel Matline) installés 37 rue Duhamel. Âgé de 17 ans, il fréquentait le lycée de Rennes où il était élève de première. Déporté par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenu.

OSSJA Abraham. Polonais né le 15 juillet 1906 à Pierchowice. Tailleur. Arrêté le 16 juillet 1942 à Sainte-Marie. Déporté par le convoi n° 8 d' Angers vers Auschwitz on 20 juillet 1942. Non revenu.

 

OSSJA Sarah. Polonaise, née le 27 octobre 1907 à Checiny. Epouse d'Abraham. Arrêtée le 16 juillet 1942 à Sainte-Marie. Déportée par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenue.

 

PRZYBYSZ David. Polonais, né le 17 juin 1904 à Grojec, malletier, maroquinier, arrêté le 9 septembre 1943 à La-Guerche-de-Bretagne. Déporté par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Les autres membres de la famille sont déportés par le convoi 60.

 

 

ROTBART Gitta. Polonaise, née le 28 février 1903 à Varsovie. Arrêtée le 16 juillet 1942 à La-Guerche-de-Bretagne. Déportée par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet1942. Non revenue.

ROTBART Motel. Polonais, né le 4 mars 1901 à Grojec. Arrêté le 16 juillet 1942 à La-Guerche-de-Bretagne. Déporté par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenu.

SZWARCMANN Sucher. Polonais, né le 24 août 1900 à Lodz.  Fourreur/Artisan fourreur. Résidait place du Colombier à Rennes. Arrêté le 16 juillet 1942 à Rennes. Déporté par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenu.

8

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

CUKIERMAN Machela, née HABERMAN le 5 mai 1905 à Czestochowa (Pologne). Résidait 23 rue d'Antrain à Rennes. Arrêtée le 16 juillet 1942 à Rennes. Convoi n° 12 de Drancy vers Auschwitz le 29 juillet 1942. Non revenu.

SCHKLAREWSKY Jean. Réfugié russe, né le 24 juin 1898  à Makorow. Chirurgien dentiste av Janvier à Rennes. Arrêté à Rennes le 4 juillet 1942, il est déporté par le convoi n° 12 de Drancy vers Auschwitz le 29 juillet 1942-  Il est exterminé le 18 septembre 1942 à Auschwitz.

 

 

 

SCHKLAREWSKY Joseph. Réfugié russe, né le 9 septembre 1899 à Makorow. Mécanicien dentiste 17 av Janvier à Rennes. Arrêté à Rennes le 4 juillet 1942, il est est déporté par le convoi n° 12 de Drancy vers Auschwitz le 29 juillet 1942.  Il est exterminé le 3 août 1942 à Auschwitz.

 

 

 

.

12

 
 
 

BLATT Szajma. Polonaise, née le 23 février 1902 à Poddenbitz (Pologne).  Arrêtée à Sainte-Marie-de-Redon le 16 juillet 1942. Déportée par le convoi n° 23 du 24 août 1942. Non revenue.

23

 

LEVY Emilie, née ABRAHAM, Allemande, le 26 août 1876 à Landau, domiciliée, 7 rue des Sauzaies à Rennes, internée au camp des nomades le 20 juillet 1942. Déporté par le convoi n° 31 du 11 septembre 1942 de Drancy vers Auschwitz. Non revenue.

31

 

TOPER Isaac, Russe, né à Saratov le 13 décembre 1888. Marié à Rachel. Résidait à Fougères. Arrêté en août ou septembre 1941 comme "ressortissant d'une puissance ennemie". Déporté par le convoi n° 32 du 14 septembre 1942. Non revenu.. Source: AC 21 P 274 031 - 21P 544 476.

32

 

CUKIERMAN Lejb. Juif polonais "interné", né le 14 octobre 1903. Maroquinier. Résidait 23 rue d'Antrain à Rennes. Déporté le 16 septembre 1942. Arrêté à Rennes, il est déporté par le convoi n° 33 du 16 septembre 1942. Non revenu.

33

 

LEVY  Benjamin, né le 21 juin 1879 à Mittelbronn, de nationalité française, domicilié, 7 rue des Sauzaies22 rue Saint-Michel à Rennes, interné au camp des nomades le 20 juillet 1942. Transféré vers le camp de Pithiviers puis déporté par le convoi n° 35 du 21 septembre 1942 de Pithiviers vers Auschwitz. Non revenu.

Photos du camp de Pithiviers: 1 2 3

LEVY  Marie-Marthe, née le 27 septembre 1904 à Duppigheim, de nationalité française, domiciliée, 7 rue des Sauzaies à Rennes, internée au camp des nomades le 20 juillet 1942. Transférée vers le camp de Pithiviers puis déportée par le convoi n° 35 du 21 septembre 1942 de Pithiviers vers Auschwitz. Non revenue.

Photos du camp de Pithiviers: 1 2 3

35

 

35

 

ADJOUBEL Nissim.  Juif bulgare, né le 23 avril 1884 à Chumla.  Marchand en bonneterie. Arrêté le 9 octobre 1942 à Saint-Servan, 2 rue Dauphine par la gendarmerie française. Il est transféré au centre d'accueil des réfugiés de Rennes. à Drancy le 15 octobre 1942. Déporté par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Exterminé à Auschwitz.  Lien externe:

BEHAR-ELIAKIM David. Bulgare, né le 18 août 1934 à Sofia (Bulgarie). Arrêté le 9 octobre 1942 à Liffré à l'hôtel du Lion d'Or. Déporté à 8 ans par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Non revenu.

 

BEHAR ELIAKIM Jacques, Juif, né le 22 septembre 1895 à Rustschuk (Bulgarie). Arrêté le 9 octobre 1942 à Liffré (Ille-et-Vilaine) à l'hôtel du Lion d'Or par les gendarmes de la brigade de Liffré, il est transféré au centre d'accueil, place de la gare. (Sa femme atteinte de troubles cardiaques avec phénomènes psychasthéniques est restée alitée à Liffré). Déporté par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Non revenu. (ADIV )

 

 

BEHAR ELIAKIM Natho. Bulgare, né le 24 novembre 1931 à Sofia. Arrêté le 9 octobre 1942 à Liffré à l'hôtel du Lion d'Or. Déporté  à 11 ans, par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Non revenu.

BEHAR-ELIAKIM David(Davy). Juif, Bulgare, né le 18 août 1934 à Sofia (Bulgarie). Arrêté le 9 octobre 1942 à Liffré à l'hôtel du Lion d'Or. Déporté à 8 ans par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Non revenu.

 

CUKIERMANN Jean-Henri. Juif, né le 22 avril 1932. à Paris. Français par naturalisation. Fils de Machela et de Lejb. Arrêté le 9 octobre 1942 à Rennes, 17 avenue Janvier, il est déporté par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Non revenu.

LEIBEL Itzik. Père de Claire et de Nelly.  Roumain, né le 2 septembre 1905 à Saveni-. Arrêté le 9 octobre 1942 à Sens-de- Bretagne. Arrivé le 15 octobre 1942 à Drancy éporté par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Non revenu.

LEVY épouse AZAR Eugénie, née le 26 août 1917 à Moncada y Reiscach (Espagne).  Arrêté le 9 octobre 1942 à Rennes. Déportée par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 04 novembre 1942. Exterminée le 9 novembre 1942 à Auschwitz.

SIGAL Claire née LEIBEL. (Mère de Renée) le 10 octobre 1894 à Daratany. Arrêtée le 9 octobre 1942 à Saint-Aubin-d'Aubigné (Ille-et-Vilaine). Déporté par le convoi n° 40 de Drancy vers Auschwitz le 4 novembre 1942. Non revenue.

SIGAL Renée, née le 27 avril 1926 à Lens. Arrêtée le 9 octobre à Saint-Médard-sur-Ille (Ille-et-Vilaione),, elle avait 16 ans. par la les gendarmes de la brigade de Saint-Aubin-d'Aubigné ((Ille-et-Vilaine)), elle est déportée le 4 novembre 1942 par le convoi n° 40 parti de Drancy vers Auschwitz. Non revenue. Son frère aîné Bernard a été déporté par la Belgique; sa soeur Henriette a été également déportée avec son mari Emile, ainsi qu'Alexandre Scharfmann.   (ADIV)

TOPER née RISS Rachel. Russe, épouse d'Isaac TOPER, née le 1er mai 1895 à Saratov. Cuisinière. Arrêtée le 9 octobre 1942 à Fougères, 4 rue Kléber par les gendarmes, "sur ordre des autorités occupantes", elle est déportée le 4 novembre 1942 par le convoi n° 40 parti de Drancy vers Auschwitz où elle décède le 9 novembre 1942 à Auschwitz.

WALZER Léon. Polonais, né le 12 décembre 1894. à Jaroslow. Interprète. Domicilié  rue de La Chalotais à Rennes. En détention à la maison d'arrêt de Rennes. Arrivé à Drancy le Déporté le 4 novembre 1942 par le convoi n° 40 parti de Drancy vers Auschwitz. octobre  Non revenu.

WALZER Rosa. Polonaise, épouse de Léon Walzer. née le 10 juin 1906 à Maciejowa? .  Institutrice.  Domiciliée  rue de La Chalotais à Rennes. En détention à la maison d'arrêt de Rennes. Déportée le 4 novembre 1942 par le convoi n° 40 parti de Drancy vers Auschwitz. Non revenue.

40

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

GRIMBERG née OJANSKI Sophie. Russe, née le 15 octobre 1868 à Grodno. Arrêtée à Redon (Ille-et-Vilaine), 10 rue Surcouf, le 9 octobre 1942. Déportée le 11 novembre 1942 par le convoi n° 45 parti de Drancy vers Auschwitz.

NAHOUM Vidal. Grec, né le 17 juin 1890 à Salonique. Arrêté à Cesson-Sévigné le 9 novembre 1942. Déporté le 11 novembre 1942 par le convoi n° 45 parti de Drancy vers Auschwitz. Non revenu. Non identifié dans le mémorial de la Shoa.

 

NAHMIAS née CARASSO Bonoza, épouse de Mayer Nahmias, née le 17 février 1890 à Salonique en Grèce. Nationalité turque. Il résidait 1 rue Paul Baudin à Paris (17) avant Dinard (Ille-et-Vilaine). Interné le 22 octobre 1942, Déportée le 11 novembre 1942 par le convoi n° 45 parti de Drancy vers Auschwitz. Non revenu. Source: AC 21 P 519 781.

SCHKLAREWSKY Irmi. Juif, Russe, né le 27 mai 1872 à Makorow. Il a été arrêté le 9 octobre 1942 à Rennes, avenue Janvier. Il a été transféré sur Drancy avec sa femme Perla et des deux enfants Armand et Suzanne, puis déporté le 11 novembre 1942 par le convoi n° 45 parti de Drancy vers Auschwitz où il devait décéder le 16 novembre 1942.

SCHKLAREWSKY Perla.  (Juive). Née Tcherniakousky le 6 septembre 1873 à Makorow (Russie). Elle a été arrêtée avec son mari Irmi et ses 2 enfants le 9 octobre 1942 à Rennes, puis déportée par le convoi n° 45 de Drancy vers Auschwitz le 11 novembre 1942 où elle devait être exterminée le 16 novembre 1942.

45

 
 
 
 
 
 

GUELFAND Samuel. Juif, Roumain, né en 1878 à Dvinsk Bolnik URSS. Artisan fourreur à Dinard depuis le 13 décembre 1925, 20 rue de la Paix, (ou rue Levasseur selon MS) père de 2 enfants français, il est arrêté le 27 janvier 1943 à Dinard. Déporté par le convoi n° 47 de Drancy vers Auschwitz le 11 février 1943. Non revenu. (AD35 : 516 w 178 + mémorial Shoah)

KATZ Jacques, né le 9 septembre 1906 à Zezernia (Jezyena) en Pologne. Il entre en France en novembre 1929, dans le but de poursuivre ses études. Il acquiert la nationalité française en 1934. Arrivé à Rennes en 1936, il était au moment de son arrestation, directeur des Cours Pigier, 13 rue des Dames à Rennes. Il a été arrêté le 5 janvier 1943 puis incarcéré à Jacques Cartier du 5 au 15 janvier 1943, puis dirigé sur Drancy pour être déporté vers Auschwitz le 11 février 1943.( convoi n° 47).  Il a été libéré lors des combats de Varsovie en août 1944. Après avoir combattu pendant un mois  dans les forces polonaises il est fait prisonnier et envoyé à nouveau en camp de concentration à Auschwitz. Revenu. Source: ACP 27 P6 Caen.

LEIBEL Claire, née le 29 juillet 1936 au Havre. Française par naturalisation. Arrêtée à Sens-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) après le 9 octobre 1942. Déportée par le convoi n° 47 de Drancy vers Auschwitz le 11 février 1943. Exterminée le 16 février 1943 à Auschwitz.

LEIBEL Nelly, née le 11 octobre 1938 au Havre. Française par naturalisation. Arrêtée à Sens-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) après le 9 octobre 1942.  Déportée par le convoi n° 47 de Drancy vers Auschwitz le 11 février 1943. Exterminée le 16 février 1943 à Auschwitz

LEIBEL née SALZBERG Pauline. Mère de Claire et de Nelly. Roumaine, née le 12 octobre 1910 à Paris (12e). Arrêtée à Sens-de-Bretagne  (Ille-et-Vilaine) après le 9 octobre 1942 . Déportée par le convoi n° 47 de Drancy vers Auschwitz le 11 février 1943. Exterminée le 16 février 1943 à Auschwitz.

47

 
 
 
 
 

AVRAM Christian. Juif, né le 14 juillet 1941 à Rennes. Arrêté à l'âge de 20 mois par la police française, le 16 décembre 1942 à Rennes comme ses parents Filica et Herman. Dernière résidence connue: 5 quai de la Prévalaye Rennes.  Déporté le 13 février 1943 par le convoi n° 48 de Drancy vers Auschwitz . Exterminé  le 18 février 1943

 

 

AVRAM Félicia (Filica). Juive. Elle est née le 17 décembre 1907 à Foscani en Roumanie. Née Calmanovici,  elle est domiciliée à Rennes, lorsque la Gestapo vient l’arrêter avec son mari et son bébé, âgé de 18 mois, le 16 décembre 1942. Elle est transférée à Drancy le 7 janvier 1943, puis est déportée, le 13 février 1943 par le convoi n° 48,  à Auschwitz pour être conduite à la chambre à gaz et au four crématoire, le 18 février 1943. Déportée politique. Morte en déportation. Source: DAVCC, Caen, 21 P 419  964

Daniel Heudré

AVRAM Herman. Français, né le 11 août 1907 à Friesen en Allemagne. Arrêté le 16 décembre 1942 à Rennes par la police française. Déporté le 13 février 1943 par le convoi n° 48 de Drancy vers Auschwitz .

 

 

 

TCHARNY Anna, née le 2 octobre 1926 à Paris. Dernière résidence connue: 42, rue de Brest à Rennes. Arrêtée le ? à Rennes. Arrivée à Drancy le 15 octobre 1942. Déportée par le convoi n° 48 de Drancy vers Auschwitz le 13 février 1943. Non revenue.

48

 
 
 
 

ASCH Alfonse. Juif, né le 26 octobre 1889 à Bischeim (Bas-Rhin). Fils de Lippmann et Pauline Elsenmann. Français d'origine. Commis à la SNCF, domicilié 13 av de Marville à Saint-Servan, il est arrêté le 19 février 1943. Incarcéré à Rennes, puis Beaune-la-rolande puis à Drancy. Il est déporté par le convoi n° 53 parti de Drancy le 25 mars 1942 vers Sobibor. Il décède en 1944 à Lublin-Maïdaneck (Pologne). Asch était cheminot et travaillait à la S.N.C.F. de Saint-Malo où il était Commis comptable de 2ème classe. Il résidait selon sa nièce Irène Welsh à Saint-Servan-sur-Mer, comme indiquée sur la feuille de témoignage du Comité Français pour YAD VASHEM, avec son épouse Marthe qui fut également déportée.  La famille Asch était juive et demeurait, avant la guerre, à Strasbourg (67) d'où elle vint en Bretagne, probablement pour fuir, habiter dans la périphérie Malouine. Le Mémorial de la Shoah indique comme adresse 13 avenue Marville à Saint-Malo. Après l'armistice l'Alsace fut occupée par les nazis et son administration civile fut confiée à Robert Wagner, 'Gauleiter' (responsable régional politique d'une subdivision territoriale de l'Allemagne nazie) de Bade-Alsace. Ce fut dès le 13 juillet 1940 que ce dernier décida d'expulser les Juifs dont quelques uns se réfugièrent à Saint-Malo. Le couple Asch fut arrêté à Saint-Malo, le 19 février 1943, puis transféré dans le Camp de Drancy. Ici, les époux Asch furent entassés dans le convoi n°53, parti le 25 mars 1943, à destination du camp d'extermination nazi de Sobibór en Pologne. Après cinq jours de voyage le convoi fit halte au camp d'extermination mixte de Majdanek (Maïdanek) (proche banlieue de Lublin en 1943) avant de continuer vers Sobibor. Les détenus n'arrivèrent jamais à Sobibor car, sur les 1008 déportés du convoi n°53 1003 furent exterminés, le 30 mars 1943, dans le camp de Majdanek. Le Journal Officiel du 30 avril 1988 indique que les époux Asch sont décédés dans le camp de Lublin-Maïdanek. De nombreux rectificatifs ont été effectués afin de préciser la date du 30 mars 1943 comme étant la date de décès des déportés de ce convoi n°53. Source: http://www.carphaz.com   -https://ressources.memorialdelashoah.org

 

Détail de la plaque en gare de Saint-Malo

Source: http://db.yadvashem.org/names/nameDetails.html?itemId=4425008&language=en#!prettyPhoto
 

ASCH Marthe. Juive, née MOSBACHER le 23 décembre 1892 à Metz (Moselle). Résidait à Strasbourg avant le début de la guerre. Professeure d'Anglais et de français au collège de Saint-Servan, domiciliée 13 av de Marville à Saint-Servan, elle est arrêtée le 18 février 1943. Ecroués avec son mari à la prison de Rennes, puis internés à Drancy sous le matricule 19755 et 19756 le 26 février 1943. IOls sonty transférés àau camp de Beaune-la-Rolande, puis à nouveau au camp de Drancy  le 26 février 1943.  Ils sont déportés par le convoi n° 53 parti de Drancy le 25 mars 1943 vers Sobibor. Averc eux sont déportés la soeur de Marthe, Hortense Weill, son mari et leurs trois enfants. Elle décède en 1944 à Lublin-Maïdaneck (Pologne). Source: https://ressources.memorialdelashoah.org


 Sources: http://db.yadvashem.org/names/nameDetails.html?itemId=4425008&language=en#!prettyPhoto

 http://railetmemoire.blog4ever.com/blog/lire-article-203016-806002-asch_alphonse.html

BLOCH Julius (ou Julien), Français, né le 28 novembre 1906 à Grossbliederstroff (Bas-Rhin). Français d'origine. Employé aux Tanneries de France à Rennes. Arrêté le 19 février 1943. Déporté par le convoi n° 53 parti de Drancy le 25 mars 1942 vers Sobibor. Non revenu.

BLOCH Paul, Français, né le 11 mars 1914 à Grossbliederstroff (Bas-Rhin). , employé aux Tanneries de France à Rennes. Arrêté le 19 février 1943. Déporté par le convoi n° 53 parti de Drancy le 25 mars 1942 vers Sobibor. Non revenu.

53

 
 
 
 

BLOCH Jacques, Français, né le 8 mai 1872 à Grossbliederstroff. Français d'origine. Employé aux Tanneries de France à Rennes. Arrêté le 19 février 1943. Déporté par le convoi n° 57 de Drancy vers Auschwitz le 18 juillet 1943. Non revenu.

BLOCH Zélie, née NEITER, épouse de Paul Bloch, née le 1er décembre 1878. (Toute la famille Bloch fut victime des agissements du délégué du Commissariat aux questions juives). Arrêtée le 19 février 1943. Déporté par le convoi n° 57 de Drancy vers Auschwitz le 18 juillet 1943. Non revenu.e

ROSENBERG Jean. Juif. Ajusteur. Arrêté le 1er ou 6 décembre 43 à Lecousse (Ille-et-Vilmaine). Déporté lors du transport 57 de Drancy vers Auschwitz Birkenau le 18 juillet 1943 sous le matricule 1753. Non revenu.

57

 
 
 

SZAPAJZEN Maurice. Polonais, né le 4 octobre 1906 à Tarczin. Monteur en chaussures. Arrêté le 5 mars 1943 à Paramé (Ille-et-Vilaine), il est déporté de Drancy le 31 juillet 1943 vers Auschwitz où il décède (Convoi 58).

58

 

TAPOUATCH René, né le 23 mars 1909 à Paris (14e). Fils de Jacob et de Léa KROUCHANSKI. Musicien, il est sans doute le père de Ginette sont la mère décède Arrêté le 7 août 1943 à Rennes. Déporté le 2 septembre 1943 par le convoi n° 59 parti de Drancy vers Auschwitz. Décédé le 7 septembre 1943 à Auschwitz  et non le 2 septembre 1943 à Drancy .

 

 

WOLF Abraham. Français, né le 10 novembre 1872 à Berne. Arrêté le 3 mars 1943 à Saint-Malo. Déporté le 2 septembre 1943 par le convoi n° 59 parti de Drancy vers Auschwitz. Non revenu.

59

 
 

BARANOWICZ  Jacob. Juif, Polonais, est né le 26 janvier 1920 à Varsovie. (Pologne). Il est le fils d’Iser Baranowicz, né en mars 1882. Il est israélite et acquiert la nationalité française. Célibataire. Comptable, il réside à la caserne de la Concorde à Saint-Servan-sur-Mer (Ille-et-Vilaine). Il est arrêté au mois d’août 1943 à Saint-Servan. Il est ensuite interné à Drancy (matricule 5341) du 25 septembre au 6 octobre 1943 et déporté le 7 octobre 1943 par le convoi n° 60 en partance de Drancy vers Auschwitz. Déporté politique. Mort en déportation. Source: DAVCC, Caen, 21 P 420 990.

Daniel Heudré

HIRSCH Louis. Juif, né le 6 mars 1871 à Cernay (Haut Rhin). Il résidait aux Corbières à Saint-Servan-sur-Mer où il était épicier. Celui-ci est probablement le grand-père de Louis Robert Hirsch ou même son père. Il fut déporté vers le camp de Drancy fin septembre 1943 puisque le 25 de ce dernier mois il remettait au représentant de la police une somme de cent Francs contre un reçu de celui-ci qui mentionne qu'il réside aux Corbières à Saint-Servan . Arrêté le 18 août 1943 à Saint-Servan pour "non port de l'insigne juif", il est transféré à Drancy le 25 septembre 1943. Il est déporté le 7 octobre 1943 par le convoi n° 60 parti de Drancy vers Auschwitz sous le matricule 5339. Non revenu. Sources: J.O.R.F. du 08 décembre 1993 p.17065  - Carphaz.

HIRSCH Louis Robert. Fils de Louis Hirsch, né le 26 mars 1924 à Paris (11e). Arrêté le 18 août 1943 à Saint-Servan "non port de l'insigne juif". Déporté le 7 octobre 1943 par le convoi n° 60 parti de Drancy vers Auschwitz sous le matricule 5340. Décédé en mars 1944 à Birkenau (Pologne)

KARPINSKI Estelle. Française, née le 19 novembre 1898 à Paris. Vendeuse. Résidait à Rennes, 28 bd de Metz.  Déportée le 7 octobre 1943 par le convoi n° 60 parti de Drancy vers Auschwitz  sous le matricule 4613. Non revenue.

KARPINSKI Simone. Juive, Française. Fille de Karpinsky Estelle. Née le 21 février 1926 à Paris. Résidait à Rennes. Arrêtée le 7 octobre 1943. Déportée le 7 octobre 1943 par le convoi n° 60 parti de Drancy vers Auschwitz  sous le matricule 4614. Non revenue.

MORYOUSSEFF Mekdouda Fortunée, née ATLAN le 30 novembre 1905 à Alger, était venue se réfugier à Saint-Malo dès 1941. Prostituée.  Elle est probablement la sœur d'Isidore Isaac ATLAN né aussi à Alger. Arrivée à Saint-Malo en 1941, elle a été arrêtée le 2 août 1943 à Paramé au motif qu'elle "Serait de confession juive". Elle fut envoyée dans le Camp de Drancy d'où elle fut, le 7 octobre 1943, déportée vers Auschwitz/Birkenau par le convoi n°60 (Matricule 4612) où il décède le 12 octobre 1943.

 

 

 

 

PRZYBYSZ Chana. Juive, née le 22 juin 1906 à Berliner à Varsovie. Arrêtée à La-Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), rue Neuve, le 3 septembre 1943, elle est déportée le 7 octobre 1943 par le convoi n° 60 parti de Drancy vers Auschwitz. Matricule d'internement: 4916. Elle décède antérieurement au 1er juillet 1946.

PRZYBYSZ Charles. Juif, né le 23 septembre 1930 à Paris. Arrêté le 9 septembre 1943 à La-Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), il est déporté par le convoi n° 60 de Drancy vers Auschwitz le 7 octobre 1943. Matricule d'internement: 4917. Non revenu.

PRZYBYSZ Hélène, née le 15 avril 1933 à Paris. Arrêtée à 10 ans à La-Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) le 3 septembre 1943, elle déportée le 7 octobre 1943 par le convoi n° 60 parti de Drancy vers Auschwitz. Matricule d'internement: 4917. Non revenue.

ZYLBERMINE Samuel (Szmul). Juif, né le 9 mai1885 en Pologne. La famille Zylbermine est arrivée à Vitré le 9 décembre 1941, venant de Perros-Guirec (Côtes-d'Armor) où elle avait été évacuée en mai 1940 de Nancy sur l'ordre des Allemands en raison de son origine israélite. La famille était composée , du père Samuel, de la mère RAJZMAN Sarah-Bella et de trois enfants, Chaja, Malha, Szlama. Les époux Zylbermine avait un autre fils, Maurice, né en 1917 en Pologne et qui fut arrêté en juillet 1940 par les Allemands à Perros-Guirec. Le père est arrivé en France en 1929 à Maxeville (M.&.M.) où sa famille est venue le rejoindre en 1932. La famille Zylbermine a été naturalisée française en date du 4 décembre 1939. Durant son séjour, le père travaillait à la scierie Boursin, la mère vendait des tissus sur le marché et une des filles était employée comme bonne à tout faire chez le docteur Mével. Arrêté à Vitré le 17 août 1943, rue de Sévigné, il a été transféré à Rennes avec sa famille, puis à Drancy et déporté le 7 octobre 1943  vers Auschwitz par le convoi n°60 (Matricule 4911). Non revenu.

ZYLBERMINE Sarah-Bella. Juive, née le 1er mai 1891 à Malogoszcz en Pologne. Elle est arrêtée à 3 rue de Sévigné à  Vitré le 17 août 1943avec son mari et leurs trois enfants, Frimeta, Jacques et Maria. Tous sont déportés de Drancy le 7 octobre 1943  vers Auschwitz. par le convoi n° 60 sous le matricule 4912. Non revenue.

 

 

 

 

ZYLBERMINE Malha (Maria). Juive, née le 2 janvier 1922 à Wloszawa en Pologne. Vendeuse. Arrêtée à Vitré le 17 août 1943, elle a été transférée à Rennes , puis à Drancy et déportée le 7 octobre 1943  vers Auschwitz par le convoi n° 60 sous le matricule 4914. Non revenue.

 

 

 

 

ZYLBERMINE Frimeta Chaja-Frymeta. Juive, née le 8 février 1920 à Wlodawa en Pologne. Vendeuse. Arrêtée à Vitré le 17 août 1943, 3 rue de Sévigné, elle a été transférée à Rennes , puis à Drancy et déportée le 7 octobre 1943  vers Auschwitz par le convoi n° 60 sous le matricule 4913. Non revenue.

 

 

 

ZYLBERMINE Szlama ou Jacques, né le 8 mai 1929 à Wlosczzowa. Arrêté à Vitré le 17 août 1943, il a été transféré à Rennes, puis à Drancy et déporté le 7 octobre 1943  vers Auschwitz. (Convoi n° 60). Revenu.

60

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

SCHWOB Gaston. Juif, Français, né le 26 mai 1885 à Paris (4e). Voyageur de commerce bien connu des milieux commerçants malouins. Arrêté le 13 octobre 1943 à Saint-Malo par un groupe de militaires allemands. Interné à la prison de Saint-Malo, il fut dirigé vers Drancy l, puis vers le camp d'Auschwitz le 28 octobre 1943 (convoi n° 61) où il devait être exterminé le 2 novembre 1943.

SEE Lucie, née le 15 octobre 1874 à Paris (5e). Arrêtée le 1er octobre 1943 à Rennes. Déportée par le convoi n° 61 de Drancy vers Auschwitz le 28 octobre 1943. Exterminé le 28 octobre 1943.

ZYNGFOGEL Abraham. Polonais, né le 9 juin 1919. Arrêté le 17 juillet 1943 à Bain-de-Bretagne. Déporté par le convoi n° 61 de Drancy vers Auschwitz le 28 octobre 1943. Non revenu.

61

 
 
 

HADJADJ Sylvain-Semoch, né le 10 décembre 1924 à Bougie (Algérie). Arrêté à Antrain-sur-Couesnon . Déporté par le convoi n° 62 de Drancy vers Auschwitz le 20 novembre 1943. Exterminé le 25 novembre 1943 .

MOSBACHER Edmée, née le 3 janvier 195 à Durmenach (68 - Haut-Rhin)  résidait au N°15 rue Rivasselou à Paramé avec sa mère Sophie et a été transférée dans le camp de Drancy durant le mois d'octobre 1943. Un reçu de trois mille deux cent quatre vingt dix Francs daté de Drancy du mois d'octobre 1943 indique cette adresse. Edmée est probablement la sœur d'Hortense Weill née Mosbacher. Elle est déportée par le convoi n° 62 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 novembre 1943 où elle décède le 25 novembre 1943. Sources: Carphaz - Yad Vashem

MOSBACHER Sophie , née NETTER, née le 2 janvier 1867 à Reguisheim (68 - Haut-Rhin).  Elle résidait au N°15 rue Rivasselou à Paramé avec sa fille Edmée et a été transférée dans le camp de Drancy durant le mois d'octobre 1943. Elle est déportée par le convoi n° 62 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 novembre 1943 où elle décède le 20 novembre 1943. Sources: Carphaz - Yad Vashem

 

62

 

LEVY Reine Rosalie, née Weil le 28 août 1878 à Epinal. Résidait 2 rue Bonne Nouvelle. Arrêtée une première fois le 9 octobre 1942 puis est relâchée. Arrêtée de nouveau le 15 novembre 1943 à Rennes. Déportée le 17 décembre 1943 par le convoi n° 63  parti de Drancy vers Auschwitz. Non revenue.

OSSJA Elie est né le 27 janvier 1934 à Saint-Quentin ( Aisne). C’est lors de l’exode, en mai 1940, qu’il vint résider à Sainte-Marie avec toute sa famille. Son père ayant été arrêté par les Allemands en juin 1942, le jeune OSSJA continua à habiter Sainte-Marie avec sa mère jusqu’au 23 novembre 1943. A cette date, la mère et le fils ( il avait 9 ans) furent à leur tour arrêtés de dirigés sur le centre d’internement de Drancy. Il fut déporté par le convoi n° 63 de Drancy vers Auschwitz le 17 décembre 1943. Non revenu.

ARRIGO Regina, née en 1897. Commerçante sur le marché de Dol. Frappée par les lois raciales de Vichy, elle refuse de porter l’étoile jaune. Cachée Grand’rue chez le directeur de la Banque d’Ille-et-Vilaine, André Guérin, elle est dénoncée et arrêtée le 26 octobre 1943.  Elle sera déportée  par le transport 63 parti de Drancy le 17 décembre 1943 vers Auschwitz où elle sera gazée.  Gazée, four crématoire. Source Cahiers de Dol et  Mémorial de la déportation des Juifs de France, Beate et Serge Klarsfeld, Paris 1978.

63

 

 
 
 

BLATT Claire, née le 20 août 1938 à St-Quentin (Aisne). Arrêtée à Sainte-Marie près de Redon le 7 décembre 1943 à 5 ans, elle est déportée par le convoi n° 64 parti de Drancy vers Auschwitz le 7 décembre 1943.  Matricule d'internement: 9017. Non revenue.

BLATT Sarah, née  le 28 décembre 1925 à St-Quentin (Aisne). Arrêtée à Sainte-Marie près de Redon,  le 7 décembre  1943. Déportée par le convoi n° 64 parti de Drancy vers Auschwitz le 7 décembre 1943. Matricule d'internement: 9016. Non revenue.

BLATT Szajna. Polonaise, née le 11 septembre 1892 à Czaiki. Arrêtée à Sainte-Marie près de Redon le 7 décembre 1943. Déportée par le convoi n° 64 parti de Drancy vers Auschwitz le 7 décembre 1943. Matricule d'internement: 9015.Non revenue.

ENGELSTEIN Fischel. Juif, Polonais, né le 9 juillet 1874 à Buczacz. Arrêté avec sa belle-fille, Béatrice Engelstein, le 3 novembre 1943 à Rennes , 7 rue Saint-Louis. Déporté par le convoi n° 64 de Drancy vers Auschwitz le 7 décembre 1943. Mort en déportation.

La famille Engelstein avait quitté la Pologne au début du siècle pour venir s'installer à Metz. Lorsque les Allemands annexèrent la ville en 1940, les Engelstein durent s'enfuir. Après avoir erré pendant de longs jours, ils arrivèrent à Rennes (35), en Ile-et-Vilaine. (Lire la suite...)

NABITZ Kemissa, Juive, Française, née le 23 février 1903 à Constantine en Algérie. Résidait à Rennes. Arrêtée à Rennes, 12 rue du Chapitre le 4 décembre 1943, par les Francistes, siégeant en face de son domicile. Elle est déportée par le convoi n° 64 parti de Drancy vers Auschwitz le 7 décembre 1943. Non revenue. (Notice)

64

 

 
 
 
 
 

La famille Levy de Fougères

LEVY Léon, né le 9 octobre 1908 à Paris. Commerçant en bonneterie à Fougères. Arrêté avec sa femme Selma et ses 2 enfants Gaby et Nelly, 8 et 6 ans Déporté par le convoi n° 66 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 janvier 1944. Gazé

LEVY Selma née Schumacker le 14 juin 1909 à Balbronn (Bas-Rhin). Commerçante en bonneterie à Fougères 12 rue Jean Jaurès. Arrêtée à Fougères le 5 novembre 1943 avec son mari Léon, 36 ans, et ses deux enfants Gaby et Nelly, 8 et 6 ans. Déporté par le convoi n° 66 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 janvier 1944. Gazée.

LEVY Gaby, née le 12 septembre 1935 à Fougères. 6 ans Arrêtée le 5 novembre 1943 avec sa sœur Nelly 6 ans et ses parents commerçants en bonneterie à Fougères. Déporté par le convoi n° 66 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 janvier 1944. Gazée le 25 janvier 1944.

LEVY Nelly Henriette. 6 ans, née à Fougères le 12 novembre 1937. Arrêtée le 5 novembre 1943 avec sa sœur Gaby 8 ans et ses parents commerçants en bonneterie à Fougères, rue Jean Jaurès. Déporté par le convoi n° 66 parti de Drancy vers Auschwitz le 20 janvier 1944. Gazée le 25 janvier 1944.

  

66

 
 
 
 

BADER Marthe, née WEILL le 29 novembre 1890 à Bâle (Suisse). Arrêtée à Dinard le 20 janvier 1944. Déportée par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. Non revenue.

BERCU Jean, 4 ans et demi, né le 22 juillet 1939 à Paris. Fils de Philippe. Arrêté le 4 janvier 1944 à Livré-sur-Changeon. Déporté par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. Non revenu.

BERCU Philippe, née le 23 août 1913. Ouvrier agricole. Arrêté le 4 janvier 1944 à Livré-sur-Changeon. Son épouse Fanny est arrêtée à Paris. Déporté par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. Non revenu. Document

BERNHEIM Lucien Simon est né le 7 juillet 1884 à Paris 9è (Seine).  Fils de Eugène Bernheim et de Pauline Blum, Il est domicilié à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine) et exploite avec sa femme un magasin de chaussures « Au Chat Botté ». Ancien combattant 14/18. De race juive, il est expulsé de la zone côtière interdite, d’octobre 1941 à décembre 1941 et se réfugie chez sa sœur à Auneau (Eure-et-Loire). Il revient clandestinement à Saint-Servan pour rendre visite à son épouse alors malade. Il est arrêté par les Allemands, le 15 décembre 1943, dans le car de Saint-Malo à Fougères, sur dénonciation d’un interprète de la Kommandantur. Il est interné à la maison d’arrêt de Saint-Malo, jusqu’au 19 janvier 1944, puis au camp de Drancy. Il est enfin déporté, le 3 février 1944 (convoi n° 67) au camp d’Auschwitz. Il décède le 8 février 1944. Sources : DAVCC, Caen, 21 P 424 693 -  ADIV 6ETP2-3

Daniel Heudré

GARZUEL Albert, 9 mois, né le 19 mai 1943 à Vitré. Arrêté le 4 janvier 1944 à Vitré. Déporté par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. Non revenu.

GARZUEL Jeannot (Philippe), 3 ans, né en 1941. Arrêté le 4 janvier 1944 à Vitré. Déporté par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. Non revenu.

GARZUEL Sarah, Française, née Santer le 22 juillet 1917 à Paris (12). Arrêtée le le 4 janvier 1944 à Vitré.  Déportée par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. Non revenu. Document

HOFFMANN Roger. Employé administratif aux Tanneries de France à Rennes, né le 8 septembre 1910 à Strasbourg. Déporté par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. Non revenu.

HOFFMANN née AARON Caroline, mère de Roger, le 15 octobre 1880 à Bouxwiller (Bas-Rhin). Résidait rue d'Antrain à Rennes. Elle est déportée par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. Non revenue.AC 21P 463 701.

LEVY Marcel, né le 5 septembre 1884 à Paris. Arrêté à Saint-Pern le 23 janvier 1943. Déporté par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944.( A Pontchaillou jusqu'au 27 janvier 1944).

MIZRAHI Elise, née BASSAN, Française, Juive, née le 21 mars 1902 à Andrinople-(Turquie). Arrêtée à Rennes le 4 janvier 1944 elle est internée jusqu'au 27 janvier 1944 à la prison Jacques Cartier de Rennes pour cause raciale, elle déportée par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944. où elle est exterminée le 8 février 1944 à Auschwitz. Source: AC 21P 482 040.

MIZRAHI Samy, 16 ans, né le 24 mai 1928 à Paris. Arrêté à Rennes. Déporté par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944.

VEIL Hélène. (Juive). Elle est née le 22 août 1920 à Dinard. Etudiante. Elle a vécu dans cette ville jusqu’en juillet 1943. A cette date, elle s’est réfugiée avec ses parents à Combourg. Arrêtée avec sa famille le 4 janvier 1944 par les autorités allemandes et transférée avec elle à Drancy, elle est déportée le 3 février 1944 vers le camp d’Auschwitz (convoi n° 67), où elle est exterminée le 8 février 1944.

VEIL Rachel née Korb née le 20 novembre 1883 à Nantes (Juive). Elle est venue habiter Dinard vers 1910, en même temps que son mari s’établissait un commerce de vêtements de confection. En juillet 1943, Mme Veil se réfugia avec sa fille Hélène à Combourg. Arrêtée le 4 janvier 1944 par les autorités allemandes et transférée avec sa fille à Drancy, elle est déportée le 3 février 1944 vers le camp d’Auschwitz,  (convoi n° 67) où elle est exterminée le 8 février 1944.

VEIL Raphaël, né le 2 mars 1883 à Paris. (Juif) Il s’était établi à Dinard vers 1910 dans un commerce de confection, installé boulevard Edouard VII. Israélite, M. Veil vit son affaire mise sous séquestre le 6 janvier 1941, en exécution d’un arrêté préfectoral du 3 janvier 1941. Il continua à résider à Dinard jusqu’en juillet 1943, époque à laquelle il se réfugia à Combourg. Le 4 janvier 1944, les autorités allemandes procédèrent à l’arrestation de M. Veil, de son épouse née Korb Rachel et de sa fille Hélène. Transféré au camp de Drancy, il est déporté le 3 février 1944 vers le camp d’Auschwitz, (convoi n° 67, où il est exterminé le 8 février 1944.

67

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

VORMS Gérard, né le 28 février 1891 à Paris.(Père). Résidait à Rennes. Déporté par le convoi n° 70 du 27 mars 1944. Non revenu.
Décoré de la Croix de guerre 14, marchand de biens, il avait son bureau à Rennes, et résidait quai Lamennais . Il possédait également en 1939 la villa "Hurlevent" à Dinard. Mobilisé comme capitaine en 1939, il est fait prisonnier à Dinan le 18 juin 1940. Ses domiciles sont réquisitionnés. Libéré de captivité en Allemagne en août 1941, il se réfugie avec sa famille à Limoges, puis à Gap début 42. Il est arrêté à Gap, 8 rue des Remparts, le 13 février 1944 avec sa femme Suzanne, ses trois enfants Philippe, Jean et François et sa sœur Lucie. Transférés à Drancy, ils sont tous déportés par le convoi 70 du 27 mars 1944. Un dossier concernant cette famille Vorms a été déposé au Mémorial de la Shoah à Paris.

VORMS Sarah Suzanne, née le 12 décembre 1899 à Paris. (Mère). Résidait à Rennes.. Déportée par le convoi n° 70 du 27 mars 1944. Non revenue.

 VORMS François Fernand. 10 ans, né le 5 avril 1934 à Dinard. Résidait à Rennes. Déporté par le convoi n° 70 du 27 mars 1944. Non revenu.

VORMS Jean Henri. 15 ans, né le 24 septembre 1929. Résidait à Rennes. Déporté par le convoi n° 70 du 27 mars 1944. Non revenu.

VORMS Philippe, 20 ans, né en 1924. Résidait à Rennes. Déportée par le convoi n° 70 du 27 mars 1944. Non revenu.

         .      

70

 

EPELBAUM Moszek, né le 28 septembre 1907 à Gora (Pol). Tailleur. Arrêté le 13 avril 1944 à Redon.. Déporté le 20 mai 1944. Convoi n° 74. Décédé le 19 octobre 1944 à Auschwitz.

BERGER Léa, née Schinezer le 28 juillet 1916. Arrêtée le 11 mai 1944 à Beaucé. Convoi n° 74 de Drancy vers Auschwitz le 20 mai 1944.  Revenue

ORLANDE Henriette, née le 7 mars 1920 à Paris. Arrêtée le 1er mai 1944 à Rennes. Déportée par le convoi n° 74 de Drancy vers Auschwitz le 20 mai 1944. Non revenue.

74

 
 
 
 

LÉON Claude, Léonce, Charles,  est né le 16 mai 1894 à Paris 8è (Seine). Marié le 11 juillet 1923 avec Jane, Esther Hirsch et père de 4 enfants, il travaille comme interprète allemand rétribué par la SNCF,  mais à la disposition de la Reichbahn (Compagnie de chemins de fer allemands). Il est arrêté par la Gestapo,  le 20 janvier 1944, vers 23h pour propagande anti-allemande. Il est conduit à la Maison d’Arrêt de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Transféré à Rennes, puis dirigé sur Drancy le 15  avril 1944 (matricule 21 992), il est déporté à Auschwitz le 31 juillet 1944, par le convoi 77.  De confession juive, il a, sans nul doute, été arrêté et déporté en raison de sa religion. Il est mort le 5 août  1944. Croix de guerre avec palmes 1914-1918, nommé capitaine de réserve par décret ministériel, Source : DAVCC, Caen, 21 P 476 131

Daniel Heudré

77  

ENGELSTEIN Béatrice. Française, née Dombes le 27 mai 1914. Arrêtée  avec son beau-père, Fischel Engelstein, le 3 novembre 1943 à Rennes, 7 rue Saint-Louis. Déportée . Déportée par le convoi n° 80, le 21 juillet 1944 vers Bergen-Belsen.

 

80

 

 

FRANCK Isaac . Juif, né le 13 janvier 1895 à Paris (75).Résidait à Dinard. Déporté à Aurigny le 12 août 1943.  Quitte l'île le 7 mai 1944 pour être transféré sur des chantiers de construction dans le nord de la France. Libéré le 7 juillet 1944 à Camiers.

.

 

GLAZMAN Mendel, né le 5 mars 1902 à Sidlce (Pol.) Arrêté à Bourg-des-Comptes le 28/5/1944. Transport n° 453 de Belfort du 29 août 44 vers Neuengamme . Matricule 44202)

453

 

ARIGO Joseph. Arrêté à Dol-de-Bretagne probablement comme juif. Non identifié dans le mémorial des déportés et dans la base Yadvahem.

 
GRIMBERG Moïse. Fils de Sophie. Arrêté à Redon ?.  

KIRSZENSTEIN Léon. Juif de nationalité polonaise. Né le 21 février 1907 à Varsovie. Artisan doreur à Fougères. Arrivé en France en 1928, il épouse une Française en 1938. Il est arrêté sur dénonciation à Fougères, 12 rue Jules Ferry, le 23 juin 1941 et interné à Compiègne du 22 juin 1941 au 5 septembre 1942 et à Drancy du 5 septembre 1942 au 9 juillet 1943 date de son transfert pour Cherbourg. Il s'évade avec un autre détenu à Cherbourg le 11 octobre 1943 au moment de son transfert pour l'île anglo-normande d''Aurigny-Aldemey, destination des "conjoints d'aryennes". Il est caché avec son épouse par des agriculteurs à Montaudin en Mayenne. Il obtient la nationalité française en 1947. Source: 6ETP2/49.

 

MARX Henri. (Source procès Schwaler). Habitait l'Ile-aux-Moines (56). Non revenu.

 

MAZURE Azuriel-Maër dit Max. Juif, né le 20 février 1908 à Plotzk (PL). Il est de nationalité française son père ayant été naturalisé en 1924. Entré au Service des Assurances Sociales, élu délégué du personnel, il est l'objet d'une campagne de dénigrement. Dénoncé comme juif, il est arrêté le 23 mars 1943 puis déporté à Aurigny le 12 août 1943. Le 1er septembre 1944 il est libéré à Camiers.

 

NEIMANN Suberu. Arrêté à Rennes le 6 août 1941. Interné à Compiègne. Non revenu.

 

SALOMONS René-Elias, né le 10 juillet 1884 à Amsterdam (NL). Arrêté le 9 octobre 1942 à Rennes. Déporté à l'ïle d'Aurigny.

 

SCHKLAREWSKY Chana ou Suzanne, épouse AQUIZERATE. Juive. Chirurgien-dentiste. Arrêtée probablement pendant l'été 1942, 17 rue Janvier à Rennes, elle a été transférée sur Drancy avec son frère Armand et ses parents le 9 octobre 1942. Suzanne fut libérée au moment de l'insurrection de Paris le 23 août 1944.

 

SCLARESKY Armand. Juif, né le 11 novembre 1900 à Makarov (Russie). Prothésiste dentaire, domicilié rue de l'Arsenal, a été arrêté à Rennes le 4 juillet 1942, puis transféré à Drancy avec sa sœur Suzanne et ses parents, puis déporté à Aurigny le 12 octobre 1943. Lors d'un transfert dans un camp dans le Pas-de-Calais, il s'évada du train qui l'emmenait en Allemagne le 31 août 1944.

 

SZUBREMANN Martha. Déportée le 26 mars 1943. Non revenu.

 

 

Lois anti-juives (Lire)

 

Personnes ayant résidé  ou étant né en Ille-et-Vilaine et arrêtées dans un autre département.

AST Marc, né le 30 mars 1934 à Rennes. Résidant à Lyon. Il est déporté de Drancy le 7 octobre 1943 (Convoi n° 60). non revenu

BERCU Fanny, née  Studinoski, Française, le 21 août 1917. Elle vécut à Livré-sur-Changeon à partir de septembre 1941. Aurait été arrêtée à Paris. Déporté par le convoi n° 67 parti de Drancy vers Auschwitz le 3 février 1944.

GABAI Moïse, Turc, né le 13 janvier 1900, ex commerçant de Dinard, arrêté dans la région parisienne. Il est déporté par le convoi n° 22 du 21 août 1942.

GELLER Eva, née à Varsovie le 18 mai 1893. "Condamnée à 18 mois de prison pour "avoir omis de souscrire, dans le délai légal, sa déclaration obligatoire sur le recensement des Juifs". Il lui est reproché "l'usage d'une fausse carte d'identité en infraction à la loi sur les Juifs". Aucune action militante, aucun acte de résistance. Elle en eut été bien incapable car, comme l'atteste un important courrier échangé entre l'administration pénitentiaire et le service d'ophtalmologie de l'Hôtel Dieu de Rennes, elle devenait progressivement aveugle. le 16 mai 1944, "prise en charge par la gendarmerie, à minuit" et aussitôt , emmenée à Drancy, elle était déportée à Auschwitz, le 30 mai, par le convoi n° 75." (Les Juifs en Bretagne -Ve-XXe siècles page 370).

JACOB Andrée, née à Rennes le 13 novembre 1897. Elle est déportée de Drancy vers le KL Auschwitz le 13 février 1943. (Convoi 48) . Non revenue.

JACOB Léon, né le 5 septembre 1878 à Reims (Marne).  Il est déporté de Drancy vers le KL Auschwitz le 30 juin 1944. (Convoi 76). Non revenu.

KAGANAS Elijas. Lithuanien, né à Séda le 24 décembre 1897. Dirigeait un magasin de bonneterie et de confection, Les Nouveautés parisiennes, situé à l'angle boulevard de la Liberté à Rennes. Le magasin, comme les autres entreprises juives, fut fermé le 4 janvier 1941 et doté d'un administrateur provisoire. Elias Kagans quitte Rennes . Il est arrêté à la fin de 1941 comme "ressortissant d'une puissance ennemie" et interné à Compiègne. Déporté par le convoi n° 32 du 14 septembre 1942

LEHMANN  née ANSELHM Renée Germaine, Française, née le 18 mai 1913 et ses deux fils, Pierre 18 ans et Robert, 15 ans. Tous les trois résidaient à Rennes avant d'être arrêtés à Valence.

LEHMANN (Pierre, Henri), né le 19 octobre 1925 à Rennes. Apprenti chausseur à Valence. Arrêté le 26 décembre 1943 à Valence dans la Drôme pour cause raciale. Interné au fort de Montluc, il est déporté le 20 janvier 1944 de Drancy vers Auschwitz (convoi 66). Il décède le 25 janvier 1944 à Auschwitz (Pol.) et non en janvier 1944 à Auschwitz (Pol.) (Source JO: 142-21 juin 1994). Source: 21P 475 255 // 24-611.

LEHMANN (Robert, David), né le 25 novembre 1926 à Rennes. Déporté le 20 janvier 1944 de Drancy vers Auschwitz (convoi 66), décédé le 25 janvier 1944 à Auschwitz (Pol.) et non en janvier 1944 à Auschwitz (Pol.) (Source JO: 142-21 juin 1994)

ROSENBAUM Chila. Tchèque né le 13 avril 1905 à Bratislava. Commerçant à Rennes, 59 Boulevard de la Liberté. Il est arrêté en tentant de franchir la ligne de démarcation le 11 juillet 1942. Déporté par le convoi n° 31 du 11 septembre 1942. Décédé le le 16 novembre 1942.

ROZEN Mayer. Commerçant à Rennes. Il est arrêté en tentant de franchir la ligne de démarcation le 11 juillet 1942. Il a été libéré de la Maison d'arrêt de Tours le 15 août 1942. Il revient vivre à Rennes après la Libération.

SCHLANGER Ascher, de nationalité ex-autrichienne", né le 22 novembre 1888. Un carte d'identité de travailleur étranger est délivrée le 18 mai 1940 à la mairie de Liffré. Il résida à Dingé où il travailla dans les camps de l'armée britannique. Il quitta l'Ille-et-Vilaine , mais est signalé "actuellement interné comme Juif", par la Préfecture de police de Paris , dès le 16 juillet 1941. Il est déporté par le convoi n° 6 du 17 juillet 1942. (ADIV, 239 W666).

Convoi n° 35 parti de Pithiviers vers Auschwitz le 21 septembre 1942:

BLUM Aline, née Kahn, Française, le 2 mai 1874 à Traehen. Résidait à Rennes. Elle est arrêtée avec la famille NERSON en tentant de franchir la ligne de démarcation. Déportée par le convoi n° 35 parti de Pithiviers vers Auschwitz le 21 septembre 1942.

LEVY Benjamin, Français, né le 21 juin 1879 à Mettelbrom. Résidait à Rennes. Déporté par le convoi n° 35 parti de Pithiviers vers Auschwitz le 21 septembre 1942.

LEVY Marie-Marthe, Française, née le 27 septembre 1904 à Duppigheim (Bas-Rhin). Résidait à Rennes. Déporté par le convoi n° 35 parti de Pithiviers vers Auschwitz le 21 septembre 1942.

Photos du camp de Pithiviers: 1 2 3

Famille NERSUN, dite NERSON de Rennes, arrêtée en tentant de franchir la ligne de démarcation à Vierzon-sur-Cher le 28 août 1942.

Cette famille travaillait "aux Tanneries de France" depuis 1939.

Madame NERSUN née WOLFF Jeannette, née le 3 février 1962 à Lingolsheim, 80 ans, Française.

Alice BLUM, née le 1er septembre 1904 à Wasbonne, épouse de Marcel NERSUN

et son fils Claude, né le 8 septembre 1927 à Strasbourg, 15ans, Français. Il était élève au lycée de Rennes.

Madame Veuve BLUM, mère d' Alice âgée de 70 ans.

Cinq  membres de cette famille furent internés à Drancy avant d'être déportés vers l'Allemagne.

Monsieur NERSUN Samuel, né le 29 septembre 1894 à Lingolsheim (Bas-Rhin),fils de Jeannette, était chef du personnel auxTanneries de France. Il put échapper à l'arrestation

 


Personnes arrêtées dans le département mais dont l'histoire est pas ou mal connue.

HALPORN Aron Samuel, né vers 1901
 

Juif d'origine polonaise et vivant avant guerre à Strasbourg, mon grand-père était marié à une Alsacienne catholique d'origine allemande. Réfugié à Saint Malo avec sa femme et leur fille unique, il est arrêté avec 2 ou 3 autres Juifs de Saint Malo. Après avoir pendant plusieurs années été employé par les occupants en tant que magasinier (son métier avait été, chef de rayon en grand magasin). Ils ont été conduits en région parisienne, et du fait de sa "conjointe aryenne", mon grand père a été interné au camp d'Austerlitz (au 43 du quai de la Gare, où se trouve maintenant la BNF). 

Ce camp, un des trois de Paris avec Lévitan et Bassano, avait pour fonction de trier tout ce qui était rapporté des appartements des juifs déportés. Il ne s'agissait pas uniquement de récupérer ce qui pouvait avoir une quelconque valeur, mais également de faire disparaître toute trace des occupants. Par exemple, le pillage allait jusqu'à arracher tout le papier peint. Tout était ramené dans ces camps. Il y a deux ou trois ans, lors d'une initiative de l'Amicale Austerlitz, Lévitan, Bassano qui existe pour faire connaître cet aspect méconnu de l'histoire (il y a maintenant un livre "Des Camps dans Paris. Austerlitz, Lévitan, Bassano. Juillet 1943-août 1944" - et un film sur le sujet des camps parisiens d'internement). Si l'existence des détenus était bien moins précaire que dans les camps de la mort, il y avait malgré tout des représailles (un sur dix, au hasard, était déporté) consécutives aux évasions ou tout simplement arbitraires... La peur faisait partie du quotidien. L'essentiel des 400 détenus étaient des "demi ou quart de juifs" ou des "conjoints d'aryens". Les allers-retours de camions se faisaient nuitamment et les quelques 200 sociétés de déménagement occupées pendant des années à ces activités sont restées bien discrètes sur cette phase cachée de leur histoire. Certaines, florissantes aujourd'hui, doivent leur prospérité au fait d'avoir été "réquisitionnées" à cette période... 

Vers la fin de la guerre, les nazis ont essayé de tout faire disparaître et la plupart des détenus se sont retrouvés à Drancy, tandis que les Allemands effaçaient les traces de ses camps. Mon grand père n'a échappé que de peu à la déportation. Ma grand mère, qui avait reçu une éducation "de bonne famille" dans sa jeunesse allemande, est allée au bluff, vêtue de ses plus beaux vêtements et de ses bijoux de famille, rencontrer le directeur de Drancy et lui affirmer que son mari, Samuel Aron Halporn, n'était pas juif (!) - "Comment osez vous prétendre que j'aurais pu épouser un Juif ?" - Elle avait réussi à recevoir d'Allemagne, de certaines personnes de sa famille, des certificats de baptême et autres faux du même genre. Face à un tel numéro, réalisé dans un allemand académique parfait, le directeur a hésité à inscrire son mari sur la liste du prochain convoi. La mémoire familiale parle du directeur, mais j'ignore s'il s'agissait bien du SS Alois Brunner. Les évènements se précipitant, le convoi qui partira sans mon grand père, mais avec les SS et Brunner, aura par chance été le dernier en provenance de Drancy mi août 1944. C'est donc à Drancy que mon grand père, a vécu la libération de Paris quelques jours après (ainsi que la plupart de ses co-détenus).

Source: Claude Riwan, petit-fils d'Aron Halporn

J

SEFANI Joseph, SUSSFELD Lippman, malouins, arrêtés en octobre 1943 par les autorités allemandes.

TILLESSE Dora, épouse LECLERC, née le 29 mars 1901 à Paris. Venue de Paris, elle est arrivée à Saint-Malo en mai 1940 avec un contingent de réfugiés. Elle se maria avec Aristide LECLERC de Cancale. Le couple fut écroué une première fois à Saint-Malo du 17 août au 14 septembre 1940, pour avoir tenu des propos hostiles à l'occupant. La seconde arrestation des époux Leclerc par la S.D. eut lieu le 15 décembre 1942, au double titre: activité anti allemande et appartenance de Madame Leclerc à la confession israélite. Écroués à la prison Jacques Cartier de Rennes, M. Leclerc est libérée trois jours plus tard. Par contre Madame Leclerc fut envoyée à Drancy vers le 30 décembre 1942 où elle sera libérée à une date inconnue.

STROGO Jacques, Rennais. Arrêté à la même époque, il revient à Rennes après la Libération.

LEVY Richard et GOLDENBERG Wolf Lipa, étudiant en médecine.

ROSENFELD Max. Connu sous le nom de Max Mouret, né le 11 décembre 1908 à Paris. Il a été arrêté le 9 novembre 1943 à son domicile, 12 bd Laënnec à Rennes. Interné à la Maison d'arrêt de Rennes, il a été transféré à Drancy le 11 janvier 1944. Il revient vivre à Rennes après la Libération.

Personne arrêtée décédée à Drancy avant sa déportation

KONSTANTINOVSKY Simon. Juif russe, né le 24 mars 1888 à Odessa. Ancien combattant 1914-1918, deux blessures, une citation et Croix de guerre avec étoile de bronze. "Marié à une française catholique et père d'une fille de 15 ans, française et catholique"  Interné le 23 juin 1941 au camp de Compiègne et ensuite hospitalisé au Val de Grace, il est libéré par les autorités allemandes le 1er décembre 1941. "Atteint de paralysie générale. ayant perdu l'usage de la parole et n'ayant plus la plénitude de toutes ses facultés mentales", il est arrêté le 8 octobre 1942, 9 rue de la Gare à Dinard et transféré à Rennes le 9 octobre 1942. Il meurt à l'hôpital de Villejuif.

 

Sources:

Mémorial de la Shoa

Site dédié aux victimes de la Shoa :www.yadvashem.org/

Album de photos du KL Auschwitz

Les déportés du convoi n°8

Ce site propose une  base de données qui permet de d'effectuer des recherches parmi près de la moitié des 6 millions de Juifs qui périrent sous le joug nazi.

Klarsfeld Serge. Le mémorial de la déportation des Juifs de France. 1978
                            Le mémorial des enfants juifs déportés de France. Ed Fayard. 2001

Les Juifs en Bretagne (Ve-XXe siècles). Claude Toczé avec la collaboration d'Annie Lambert. Presses universitaires de Rennes

Encyclopédie multimédia de la SHOA

     g-b.gif (311 octets)h-b.gif (328 octets)

(16/01/2022)


                                                                                      Contact de l'administrateur du site

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)plan-du-site.gif (1231 octets)